Evaluation économique des filières de reutilisation des eaux usées

L’analyse économique porte sur la valeur des fonds investis pour la construction et l’exploitation d’un projet de réutilisation, mesurée en termes financiers et calculée sur la base actuelle des prix. Seul le coût marginal du recyclage des eaux usées (traitement supplémentaire, stockage et distribution) doit être inclus (à l’exclusion du coût de collecte et de traitement des eaux usées). La distribution doit être inclus (à l’exclusion du coût de collecte et de traitement des eaux usées). La Figure 1 montre les éléments constitutifs du coût total de la réutilisation de l’eau. Sont compris les coûts de collecte de l’effluent secondaire, du traitement supplémentaire et du stockage, du réseau de distribution et de tous les raccords. La répartition entre les coûts d’investissement et les coûts d’exploitation et maintenance varie d’un projet à l’autre et dépend des procédés de traitement mis en […]
Problématique de la gestion durable de l’eau: Le coût économique du recyclage des eaux usées
Chapitre III : Une stratégie parallèle pour une gestion durable et traitement des eaux usées :
Section II : Traitement des eaux usées
III) EVALUATION ECONOMIQUE DES FILIERES DE REUTILISATION DES EAUX USEES :
[…] maintenance varie d’un projet à l’autre et dépend des procédés de traitement mis en oeuvre.

distribution des coûts des filières de réutilisation

Figure 1: distribution des coûts des filières de réutilisation [1]
Les coûts sont également fortement influencés par les contraintes locales : prix du site de construction, distance entre le site de production et les consommateurs, nécessité de doubler ou d’aménager le réseau [2]. Les deux dernières contraintes sont primordiales car dans de nombreux projets l’investissement principal est dû au réseau de distribution à mettre en place.

Richard [3] a analysé l’influence de la capacité de l’installation sur l’investissement pour le traitement secondaire classique (boues activées) et différents post-traitements (Figure 2). Il s’avère que plus l’installation produit d’eau potable, plus les coûts d’investissement des post-traitements sont élevés. A noter que la mise en pratique de la réglementation « titre 22 » est la plus onéreuse. L’investissement pour la filtration tertiaire et la désinfection, ou même pour un traitement complet « titre 22 » de coagulation-floculation, filtration et désinfection ne dépassait pas 30 à 40 % de l’investissement exigé pour le traitement secondaire. Des dépenses nettement supérieures sont nécessaires si l’on utilise des filtres à charbon actif (CAG) ou l’osmose inverse (OI).

investissement estimé pour les installations de traitement d'eaux usées recyclées, en $ (1996)

Figure 2: investissement estimé pour les installations de traitement d’eaux usées recyclées, en $ (1996) [1]
Sur la base de l’expérience des états-Unis (Figure 3), le coût total annualisé du traitement d’eaux résiduaires brutes jusqu’à la production d’une eau recyclable en irrigation varie de 0,43 à 1,10 $/m3. La part des coûts d’exploitation et maintenance, comparée à l’amortissement du capital dans le coût total, dépend de la technologie de traitement. Elle est plus forte pour les procédés haute technologie (CAG et OI) que pour le traitement secondaire, avec ou sans filtration tertiaire et désinfection. D’importantes économies d’échelle peuvent être réalisées pour les grandes installations de recyclage : le coût total pourrait être réduit de moitié lorsque le débit de l’installation passe de 4 000 à 20 000 m3/j ou de 50 000 à 200 000 m3/j.

estimation du coût d'exploitation et maintenance d'installations de recyclage d'eaux usées, en $

Figure 3: estimation du coût d’exploitation et maintenance d’installations de recyclage d’eaux usées, en $ (1996): amortissement sur 20 ans à un taux d’intérêt de 10 % [1]
Il faut souligner que le coût unitaire d’une eau usée recyclée dépend non seulement du débit de l’installation et de la chaîne de traitement, mais aussi de la composition de l’eau usée, des exigences de qualité finale et d’autres conditions locales (coûts de l’énergie, de la main-d’oeuvre, etc.) [1]
Le coût du réseau de distribution reste un élément important du coût de l’eau recyclée. Il peut atteindre 70 % du coût total en fonction des conditions spécifiques du site. La construction de nouveaux réseaux est moins chère que l’aménagement de réseaux existants. On rapporte des valeurs allant de 0,06 $/m3 en Arabie Saoudite [4], à 0,14 et 0,36 $/m3 respectivement dans la région de Dan et à Jérusalem, Israël [5].[1]
______________________________________________
[1] V. Lazarova (CIRSEE – Lyonnaise des Eaux), « Rôle de réutilisation des eaux usées pour la gestion des ressources:  coûts, bénéfices et défits technologiques » ; « L’eau, l’industrie, les nuisances », n°227, pp.47-57, août 1999.
[2] : M. Aussoleil, « La réutilisation des eaux usées comme élément de planification des eaux – La technique de l’eau et de l’assainissement »,1983.
[3] : D. Richard et al., « A systematic approach to estimating wastewater reclamation costs in california », Proc. WEF 66th
annual conference, Anaheim, Californie, oct.1993. [4] : M.S. Al-A’ma et G.F. Nakhla, « Wastewater reuse in Jubail », Saudi Arabia. Wat. Res., 1995.
[5]: G. Shelef, « Wastewater reclamation and water resources management ». Wat. Sci. Tech., 1991.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *