Les caractères du syndicalisme marocain

les caractères du syndicalisme marocain La physionomie du syndicalisme au Maroc
Troisième partie: les traits du syndicalisme marocain
Chapitre 3 : les caractères du syndicalisme marocain
Véritablement le syndicalisme marocain revêt un certain nombre de caractères qui font sa spécificité comparativement avec les autres pays du monde. Cette spécificité tire ses racines de l’Histoire récente Maroc qui a passé par plusieurs vicissitudes. Alors quels sont ces caractères qui marquent l’aspect syndical au Maroc ?

Section 1 : La prévalence du politique
De nos jours, la politique envahit, notablement les différents champs de la vie moderne. Elle est présente dans le domaine religieux social économique sportif, artistique. Le syndicalisme ne semble plus être loin de cette influence il tisse par contre avec elle les relations les plus intimes.
Abdurazaq Afilal en tant qu’un pilier du syndicalisme marocaine affirme qu’ » il faut faire le politique car c’est elle qui peut changer le soit des travailleurs » il s’avère donc que la politique est la voûte indispensable pour répondre aux aspirations de la classe ouvrière .
En plus , cette connexion interactive entre la politique et le syndicat des racines historiques qui remontent à l’époque de le syndical a des racines historiques qui remontent à l’époque de la naissance du mouvement syndical marocain pour clarifier cette idée tangible il suffit de citer l’exemple suivant la pratique de la grève générale de la CDT à toujours été utilisée à des moment de forte tension où à la proche des échéances politiques dans le but de peser plus lourd dans le processus de négociation . Ainsi l’appel à la grève de 21 mai 2000 par la confédération démocratique du travail a été entériné pour dépasser l’érosion de la base de la confédération.

Ainsi, aujourd’hui on constate que chaque parti politique ait un bras syndical qu’il fait entrer dans l’enjeu politique dans l’espoir d’avoir une présence pesante dans l’arène politique et social. Dans cette lignée on se rappelle très bien de la dernière grève qu’a en lien à l’occasion de la présentation d’un projet de loi relatif au code de la route par l’initiative de Karim Ghalab, A parement il s’agit d’une grève entérinée par des centrales syndicales qui refusent ce projet loi qu’elles qualifient d’injuste et d’impute d’être appliqué au Maroc alors qu’il est importé d’un pays européen (suède) qui conserve ses propres spécificité. Mais si on voulait analyser plus profondément les choses on va découvrir qu’il s’agit plutôt d’une lutte farouche entre deux grands partis historiques au Maroc. L’Istiqlal et l’USFP cette lutte a comme nous l’avons Vu revêtir un masque syndicat.
Plus pire que cela, la nomination des leaders syndicaux est déterminée par les dirigeants politiques dont dépendantes centrales syndicales ce qui met en jeu l’indépendance du syndicalisme marocain, cette indépendance censée être le garent de son efficacité.
__________________
– Gérard Fonteneau , le syndicalisme en Afrique



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *