Le commerce électronique: analyse sectorielle tourisme.. bancaire

le commerce électronique analyse sectorielle – Paragraphe 2
Le commerce électronique analyse sectorielle ( secteurs touristique, de textile et habillement,  bancaire, artisanal)
Le Maroc s’ouvre lentement, mais sûrement aux NTIC, c’est dans le domaine prometteur du commerce électronique qui œuvre des perspectives intéressantes dans tous les secteurs de l’économie nationales comme le secteur touristique, bancaire, industriel et artisanal.

1- le secteur touristique :
Tourisme est un pilier de l’économie marocaine, c’est la deuxième source en devise du pays après les revenues des marocains résidents à l’étranger et il généré 600000 emplois directs( ) l’avenir du tourisme marocain passe par le Web , les chiffres parlent d’eux même :plus de 41 millions d’européens ont recours à Internet pour organiser leurs vacances( ).

Les 3éme assises du secteur tenues à Essaouira étaient l’occasions de faire le point sur le potentiel du e-tourisme pour booster le marché à l’horizons 2010(3), et cela en considérant que l’année 2006 au Maroc sera celle du e-tourisme.
Dix millions d’internautes et dix millions de tourismes en 2010 les deux objectifs représentent deux défis aussi bien pour les professionnels des technologies de l’information que les opérateurs de secteur touristique.
Le pari des 10 millions de tourismes en 2010 est en passe d’être gagné , en effet le nombre de tourismes venues de l’étranger pour visite le Maroc en 2005 a atteint 5.843.377personnes ( ) jusqu’à présent les intervenants du marché touristique sous exploitent les avantages de la visibilité sur le Web pour vendre le produit « Maroc » et continuent de faire le pari sur les Seuls canaux traditionnels de distribution et de promotion.
En effet, les opérations du tourisme mettent en ligne des sites Web sous forme de cartes visites qui présentent l’entreprise et les différents package qui elle propose, ces sites manquent d’interactivité et d’attractivité, ils sont statiques et ne reposent pas sur une base de données exploitables en ligne ( ) .
Cependant, pour réaliser l’objectif de dix millions d’internautes dix millions de tourisme d’ici cinq ans , l’une des options sérieuses à explorer est sans conteste le Web les centaines d’hôtels et les 600 agences de voyages qui opèrent sur le marché local doivent intégrer Internet dans leurs stratégies de développement.
Cette stratégie doit s’articuler sur deux composantes : « le renforcement de la visibilité et la présence ( le pub, site Web, référencement, marketing viral…)et l’offre de services faciles et instantanés (réservation en ligne , paiement en ligne et vente immédiate».

Les organismes en charges de la promotion du royaume assument de leurs part de responsabilité dans la diplomatie numérique pour mieux vendre la destination Maroc, L’ONMT, (office national marocain du tourisme) le ministère de tourisme, les CRT (centre régionale du tourisme), les fédérations professionnelles sont interpellés pour investir davantage sur la toile en vue f’offrir des informations actualisées sur le secteur, ses intervenants et ses packages.
L’exemple de la compagnie aérienne, la RAM( ) est édifiant sur le potentiel du marché du e-tourisme.
la société a réalise à travers son site www.royalairmaroc.ma un chiffre d’affaire de 122millions de DH en 2005 grâce à ses ventes en ligne, un indice révélateur de manque à gagner 70%de commandes et des achats de billets sur le site de la RAM proviennent d’internautes américains ( ).
Cela prouve l’importance des technologies en ligne pour la commercialisation des produits et des destinations touristiques et pour le développement du tourisme.

2- le secteur de textile et habillement :
Les différents atouts de l’industrie marocaine du textile habillement devraient lui permettre de s’adapter aux nouvelles exigences du marché mondial dont les maître-mots sont aujourd’hui, délais, flexibilité et surtout, qualité et créativité.
Les enjeux d’une pénétration plus ou moins rapide d’Internet et du commerce électronique interentreprises dans le secteur du textile sont vitales et touchent à la compétitivité globale du secteur.
Les entreprises marocaines de l’habillement doivent prendre en compte l’intérêt grandissant du commerce électronique en particulier dans le domaine du textile ou les donneurs d’ordre risquent de se tourner vers d’autres pays mieux équipé dans le secteur des technologies de l’information.
Selon une étude visant à observer l’évolution du l’utilisation des technologies de l’information dans le secteur industriel la ministère de l’Industrie , du commerce et des télécommunication a constate que la moyenne du nombre de micro-ordinateur par entreprise a atteint 6 en 2002 (ce dans le domaine de textile) dont 45%de entreprises sont connectées à Internet et 9%disposent d’un site Web ( ).

Il est donc très important pour les firmes marocaines opérant dans le secteur de textile d’investir davantage dans les TI pour se préparer à approvisionner des clients à l’échelle planétaire, et surtout après la disparition des quotas textile en janvier 2005 ce qui oblige l’industrie textile marocaine de muter pour survivre.
Selon Mohammed tazi, directeur général de l’association marocaine de l’industrie de textile et d’habillement (AMITH) ( ) « le textile marocain a bénéficié d’un retour des investissements fin 2005 et début 2006, après plusieurs mois de crise liée à l’expansion de la chine dans ce secteur » ( ).
Il ajoute que les entreprises spécialisées dans le secteur du textile et de l’habillement groupées dans le cadre de l’AMITH, devraient procéder à la création d’un site Web qui permettra de répondre à un double objectif : les donneurs d’ordre auront la possibilité de trouver des partenaires, et les société marocaines disposeront de toutes les informations concernant leurs secteurs.

L’exemple de la société SICOME, représente un type d’entreprise qui a créer son site Web.
SICOM est une société anonyme ,marocaine de confection de vêtement sportswear pour femmes ,hommes et enfants, elle travailles a façon et exporte essentiellement vers les pays européens et les Etats-unis .
Cette société a été créée en 1974 actuellement ,elle représente leurs produits sur le site Web www.sicome.com.
Un autre exemple s’ajoute ,le site www.projexti.com de la société Projexti spécialisée dans la couture ou l’assemblage d’équipements militaire de vêtements pour la chasse et la pêche ,d’uniformes pour les entreprises publiques, de literie ou de confection industrielle de sacs et housse de transport.
Le site invite leurs visiteurs à tester leur qualité, contrôlée par de nombreuses administrations publiques ou militaires et qui présente le gage de produits textiles solides et irréprochables .

3- le secteur bancaire :
le secteur bancaire joue un rôle prépondérant dans l’économe marocaine il a connu une révolution silencieuse même avant l’arrivé de l’Internet ,il s’agit des réformes qui ont permis au systèmes bancaire marocaine une plus large ouverture vers l’extérieur ,dont plusieurs banques commerciales marocaines ayant ouvert des succursales à l’étranger ( ).
Cette ouverture vers l’extérieur a nécessité l’intégration de NTIC dans la stratégie de ces banques, ainsi que l’utilisation de l’Internet en vue d’améliorer leurs activités ,diversifier leurs offres et segmenter la taille de leur marché, fidéliser la clientèle et réduire le coût de communication actuellement la plupart des banques marocaine disposent avec les clients d’un site Web permettent aux clients la consultation de leurs comptes à tout moment ainsi que la réalisation des opérations bancaires on line à travers le réseau internet.

Les banques peuvent aussi se servir du réseau électronique pour le transfert de fonds ,de documents ainsi que les demandes de prêts ,la confirmation de lettres de crédite et le courtages en ligne .
A ces opérations électroniques, s’ajoute le paiement par carte de crédit émis par la plupart des établissement bancaire en vue de réaliser les transaction électroniques.
L’utilisation de ces cartes bancaires et un exemple significatif du développement de l’économie nationale, par exemple à Marrakech certaines coopératives réalisent 80% de leurs ventes a l’aide de la carte bancaire elle se sont s’adaptées aux habitudes de vie de touristes ( ).
Par contre dans le reste du territoire l’utilisation de la carte bancaire pour le réglement de achats ne représenté que 7%de l’ensemble des opérations monétiques, donc la carte ne sert en général qu’au retrait des guichets automatiques en plus les commerçants préfèrent le cash( ) Bank el Marghreb a lancé une compagne de sensibilisation le 29nouvembre 2005 pour l’utilisation de la carte de paiement ,Or certains commerçants s’accrochent à leurs caisses traditionnellement .
La banque marocaine de commerce extérieur (BMCE) a lance trois nouveaux sites banquier interactif en direction des entreprises et des particuliers au début de 2001 dans le but d’offrir des informations gratuites ainsi que des études de marchés et même un suivi des transactions aux PME/PMI marocaines et étrangères.

La banque propose via son site interexmaroc,12000 pages gratuites sur 80 pays et 100 opportunités chaque semaine .
Les particuliers peuvent consulter leurs comptes à distance et faire des simulations sur leurs crédits logement ou consommation et il peuvent effectuer directement des transactions commerciales et boursières avec un système sécurisé.
Monsieur Othman Ben jelloun, prédisent directeur général de l’institution prophétise que la BMCE Bank des années 2000 compte être au Maroc au cœur de processus d’éclosion de la « New Economy »de cet embryon de cyber-économie ou se développera progressivement le commerce électronique, l’e-commerce des services bancaires et financiers au même titre que d’autres services( ).

4- le secteur artisanal :
Le Maroc est un pays de vente directe au consommateur final notamment dans le domaine de l’artisanat qui enregistre prés de 50à60millions de dirhams de transactions par carte bancaire chaque années( ) les touristes apprécient les produite marocains lorsqu’ils achètent un tapi par exemple ils ne mesurent pas toujours l’intérêt d’en acheter un deuxième. Arrivés a la maison ils regrettent et pourraient facilement multiplier leurs achets par le biais d’Internet. L’artisanats situe parmi les domaines primaires qui ont utilisé l’Internet en vue de publier les produits et formulaires de commande (catalogues électroniques) mais malgré tous ça ce secteur n’est pas suffisamment structure pour s’adapter au processus de la vente à distance.

Le succès de la vents en ligne de biens matériels est conditionné par une véritable organisation et une logistique sans failler un produit commandé ne doit pas mettre six mois pour parvenir à son destinataire le Maroc se heurte également à un problème de réglementation , en France par exemple le clients dispose de 10 jours pour se retracer lorsqu’il achète à distance, s’il n’est pas satisfait du produit, il est remboursé ,ce n’est pas le cas au Maroc, la vente en ligne et l’artisanat sont deux métiers différents on ne peut pas être professionnel dans tous les domaines .
L’exemple du site www.magrebnet.net.ma, qui est lancé en 1999,appelé aussi « maison de l’artisan ce site expose les richesses de l’artisanats marocaine et présente plusieurs objets traditionnels ,tout cela accompagné de techniques de fabrication de motifs et des couleurs .
Le cybermarketing
Chapitre III : le cybermarketing: Evaluation et perspectives cas du Maroc
Section I : Le Maroc et la net économie
2- Le commerce électronique au Maroc est à ses débuts
__________________________
– tourisme en ligne par Adam Wade le26-01-2006 ,sur le site www.aujordhui.ma
– Le bug du e-tourisme au Maroc par Rachid jankair le 07/12/2006 sur le site de Mènera
– Prés de 6millions de tourisme en 2005 sur le site www.Bladi.net le 9/2/2006
– E-tourisme : le Maroc traîne le pas par yassine el Bahlouli, chef de projet
e-tourisme à Excel tours le 09/09/2003 sur le site : www.leconomiste.com
– La royal air Maroc (RAM)a réalise en 2005 un résultat net de 283.4millions de DH,soit le meilleur résultat de son histoire ,publie le 4janvier 2006, sur le site www.bladinet.net
– Le bug du e-tourisme au Maroc par Kamal Okba, PDG de casant lors des assises de tourisme qui se sont tenues récemment à Agadir, le 7/12/2005sur le site www.ménara.com
– MICT utilisation des TI dans le secteur industriel Juin 2003.
– AMITH est une association sans but lucratif, créée en 1960 ,dans le but de définir,promouvoir ,faire connaître et mettre en œuvre une politique générale de développement du secteur de textile et de l’habillement ,leur site Web est www.amith.org.ma.
– Après plusieurs situation de corde raide le textile ce montre la pente a doses homéopathique sur www.lematin.press.ma le 18/02/2006 .
– Secteur bancaires au Maroc sur le site www.1stmaroc.com.
– Le recours aux nouvelles technologies est une priorité un interview avec Azdine el Mountassir Billah directeur général de Maroc télécommerce par Corinne Langevin conjoncture N°838 mai2003 page 17 .
– Les cartes à puces arriveront en 2006 par khalid tritki sur le site www.telquel-online.com.
– Les banques marocaines s’empannent du net ,sites bancaire par Mohammed berkani ,mardi 20mars 2001sur le site www.afrik.com
– Le recours aux nouvelles technologies est une priorité par Corinne Langevin conjoncture N°838 mai2003 page16.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *