Classification des instances d'audit dans le secteur public

18 October, 2009 | Economie & Gestion

Section IV: Essai de classification des instances d’audit
Si les institutions internationales et les organisations professionnelles d’audit ont contribué largement à la codification et à l’unification des principes et des méthodes d’audit et dont la théorie moderne n’a fait que renforcer la teneur et la portée, il n’en demeure pas moins que la classification exhaustive des organismes d’audit se heurte à une série de problèmes dus à la diversité et à la multiplicité de ces organismes et à l’imprécision du cadre juridique qui les régit.

Il semble que les organismes d’audit peuvent être classés selon plusieurs critères : organique, fonctionnel et selon la provenance ou l’origine de l’instance d’audit.

A. Classement organique
II consiste à classer les auditeurs selon leurs organes d’appartenance. A cet égard, on distingue les auditeurs publics (CED, IGF, Cour des comptes, et les diverses inspections, etc.) des auditeurs des cabinets privés (commissaires aux comptes, experts comptables).
Généralement, certains aspects d’audit peuvent revêtir plus une dimension coercitive (Cour des comptes, IGF) qu’une dimension de conseil et de redressement.

Toutefois, les auditeurs privés peuvent, tout en assurant de l’audit légal (commissariat aux comptes) ou de l’audit contractuel (expertise comptable contractuelle), assurer des missions d’organisation, d’évaluation et d’analyse.

B. Classement fonctionnel
A ce titre, les instances d’audit peuvent être classées en fonction de leurs objectifs,



a. L’audit financier : il consiste à vérifier l’exécution des recettes et des dépenses des organismes soumis à son audit pour savoir s’il y a ou non respect des normes.
b. L’audit spécialisé : il effectue son audit dans une spécialité bien déterminée. On distingue à cet effet plusieurs formes d’audit spécialisé tels que l’audit juridique, l’audit informatique, l’audit des budgets, l’audit marketing, etc. Son objectif est de vérifier l’adéquation des procédures et des règles.
c. L’audit de fonction : son champ d’investigation s’étend à l’audit de l’adéquation des dispositifs aux fonctions. On peut avancer à ce titre l’audit de formation, l’audit social, l’audit des marchés et des achats.
d. L’audit global : il s’agit d’un audit plus général qui intéresse l’ensemble du fonctionnement de l’organisation, activités, investissement, ressources humaines, etc. Son objectif est de vérifier l’efficience et l’efficacité du fonctionnement de l’organisation par rapport aux finalités et aux objectifs qui lui sont assignés.
e. L’audit organisationnel : il s’intéresse à l’organisation des structures, des systèmes et des ressources humaines. Son but est de vérifier l’adéquation du système organisationnel par rapport aux objectifs assignés à l’entreprise.
Le domaine d’intervention de l’auditeur interne est très large. Il concerne tous les aspects de la gestion. La diversité et l’universalité de l’audit ont aussi suscité une certaine spécialisation dans l’intervention des auditeurs internes pour parler d’audit des marchés, d’audit spécialisé, d’audit organisationnel, d’audit informatique, d’audit stratégique, etc. Le tableau suivant permet de présenter les différents types de fonctions de l’auditeur interne. (Voir tableau, source : Séminaire sur l’audit dans le secteur public, ENA, juin 1993)
f. L’audit externe
L’audit externe est celui qui intervient de l’extérieur de l’organisation. Les instances d’audit externes sont nombreuses. On peut avancer l’audit opéré par les organismes suivants :
— l’audit opéré par les juridictions financières (jugement des comptes, des comptable publics, la discipline budgétaire et financière,’ le contrôle de gestion) sur les organismes publics :
— l’audit effectué par l’IGF ;
— l’audit politique opéré par la Chambre des représentants (les commissions d’enquêtes qui peuvent être formées en vertu de l’article 42 de la constitution pour recueillir les éléments d’information sur des faits déterminés) ;
— l’audit légal ou contractuel prévu par le dahir du 8 janvier 1993 portant réglementation de la profession d’expert comptable (cabinets privés d’audit et de conseil).
Chapitre I: définition des concepts et approches d’audit
PARTIE I: L’AUDIT DANS LE SECTEUR PUBLIC
Audit et contrôle financier dans le secteur public

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.