Aspects de la protection des investissements étrangers au Maroc

Les aspects de la protection des investissements étrangers au Maroc

Introduction Générale.

Soit des flux Nord-Sud vers le continent africain qui attire peu d’IDE même si quelques pays comme l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie ou l’Égypte constituent des exceptions. Pour les autres pays africains, l’Investissements directs étrangers est essentiellement concentré dans l’industrie extractive ou des flux Sud-Sud qui sont entre deux pays en voix de développement.

Près de 60 % des Investissements directs étrangers entrant se concentrent en Amérique du Nord, en Europe et au Japon. Les Pays en développement en appellent donc 40 %. Seulement 7 pays accueillent 65% du stock mondial d’IDE, essentiellement des pays industrialisés, et 30 Etats accueillent 90% des IDE. Les États-Unis recueillent trois fois plus d’Investissements directs étrangers que l’ensemble des pays en voix de développement. La seule véritable rupture de ces dernières années provient de l’émergence foudroyante de la Chine qui devient le deuxième État d’accueil avec 12% du stock mondial.

Et dans le but de pouvoir disposer d’éléments historiques relatifs à l’investissement international, cette partie préliminaire se propose d’examiner les chapitres suivants :

Section 1° Genèse des investissements internationaux.

Section 2°Droit d’investissement, droit en mouvement et efficace vers une protection effective des investissements étrangers.

Chapitre préliminaire : l’évolution du droit international des investissements.

Section 1 : la genèse des investissements internationaux.

D’après les analyses de l’histoire économique, les relations économiques entre les sociétés précapitalistes étaient constituées principalement des échanges commerciaux, même si chaque État se définit notamment par ses frontières et l’existence de taxes et toutes sortes de règlements propres Continue reading


Perspectives du développement humain au Maroc

Paragraphe II : Perspectives du développement humain au Maroc :

1) La mise à niveau de l’économie marocaine (MAN).

La mise à niveau constitue une opportunité, une exigence et surtout un défi pour l’économie marocaine, c’est un programme inspiré par l’ouverture, la mondialisation et la globalisation de la finance.

La MAN exige que les pouvoirs publics doivent, sans tarder entreprendre une politique de communication et de sensibilisation, il s’agit de faire prendre conscience aux chefs d’entreprises menacés des enjeux de l’ouverture.

Avant de mobilier tout l’arsenal de mesures exigées, il convient de réaliser un autre travail préalable à savoir le diagnostic des entreprises marocaines. Ce dernier doit être, exhaustif, il doit faire ressortir les points de force qui doivent être consolidés, et fortifiés et les points de faiblesses qui imposent des mesures de redressement rapides et efficaces.

Le programme de mise à niveau est aussi un ensemble de dispositifs visant la restructuration du tissu productif marocain pour assurer sa pérennité face à la concurrence étrangère.

Le programme de mise à niveau touche l’investissement et l’éducation ainsi que l’économie.

La mise à niveau vise de mettre en place un climat favorable à l’investissement national et international, à côté d’autres missions telle que :
– Préparation d’un climat d’investissement concurrentiel et l’adoption des mesures de nature à accroître la compétitivité et la diversité de l’économie nationale.
– Mise en place d’une base de données pour aider les investisseurs à, finaliser et à concrétiser leurs projets d’investissements.
– Examiner des procédures administratives existantes avec leur amélioration et leur simplification.

L’investissement productif et l’entreprise efficace exigent un enseignement utile, moderne et enrichissant. Pris dans le sens Continue reading

L’impact du développement humain au Maroc 

L’impact du développement humain au Maroc – Section II :

Paragraphe 1 : un regard sur le développement humain au Maroc :

1) défis actuels.

L’un des plus grands défis du Maroc est le taux élevé de la pauvreté. Bien que la pauvreté ait régressé – de 19% à 15 % entre 1999 et 2004 pour une population de 30 millions – elle reste importante. Par ailleurs, elle est fragile, sensible à la volatilité de la croissance économique liée au secteur agricole. On note en effet que la régression de la pauvreté est le résultat de bonnes performances dans le secteur agricole sur la période 2001-2004, alors que la hausse de la pauvreté dans les années 1990 (de 13% en 1991 à 19% en 1999) était le résultat d’une faible production économique due à la sécheresse. La pauvreté est donc tributaire de la sécheresse, avec les faibles taux de croissance qui s’ensuivent.

La pauvreté reste un phénomène typiquement rural, avec plus de 25 % de la population rurale vivant en dessous du seuil de pauvreté contre 12% dans les zones urbaines. La pauvreté se fait aussi plus cruellement sentir dans les zones rurales et a considérablement augmenté depuis 1991.

Malgré les efforts faits pour améliorer le statut et la condition des femmes, les indicateurs de genre sont loin de refléter la parité. Les disparités sont particulièrement fortes en zones rurales où 75% des femmes sont analphabètes et où seulement 78,6% des filles sont scolarisées dans le primaire. Dans les zones urbaines, les résultats sont meilleurs, avec un taux de 23% de femmes analphabètes et 94,4% de scolarisation. Des progrès ont été accomplis dans la composition de la main-d’œuvre qui compte 35% de femmes (chiffre supérieur aux 28% du MENA).

Depuis 2001, le Maroc connaît une plus forte croissance économique (4,8% en moyenne), en partie imputable à des conditions climatiques favorables et à une légère reprise du secteur industriel. Continue reading


Les bases de succès du développement économique sud-Coréen 

Paragraphe II : les bases de succès du développement économique sud-Coréen :

1)-développement économique à base industrielle :

La première phase de l’industrialisation coréenne a été basée sur les enseignements de la théorie des avantages comparatifs : on ne peut pas tout produire de manière efficace. La Corée du sud s’est donc spécialisé au début desannée1950 en industries de technologie banalisées à sa portée car elles ne nécessitent pas de politique de recherche élaborée, il s’agissait d’activités à haute intensité de main-d’œuvre peu qualifiée proche de l’artisanat.

Ainsi elle met en place une industrie de la confection, puis de tissage et remonte encore avec la production de fils et de biens d’équipement.

L’une des clés de succès de cette phase consiste à démarrer par des activités à forte composante de main-d’œuvre dont la docilité était une condition essentiel pour une telle démarche, la masse laboureuses acceptaient de travailler dur pour des salaire de misère (le salaire moyen d’un ouvrier de textile coréen représente 8% de son homologue français dans cette période).

A partir du début des années 1970, la Corée effectue un redéploiement industriel vers des marchés jugés porteurs au niveau mondial grâce à ses exportations qui ont en effet rendu hautement visible son industrialisation.

Les pouvoirs publics ont introduit des mesures supplémentaires d’aide aux exploitations, ils ont notamment mis sur pied la korea trade promotion corporat (KOTRA) qui grâce à son réseau international très étendu est devenu un instrument efficace d’aide aux exportations, dont la priorité était accordées aux exportations industrielles et le jeu de la spécialisation pour s’insérer dans l’économie mondial.

Les pouvoirs publics ont également commencé à investirent massivement dans les infrastructures nécessaires à Continue reading

Clés de succès économique Sud Coréen et développement humain

Développement humain : étude comparative cas du Maroc et de la Corée de sud – Chapitre III :

Ce dernier chapitre sera consacré à analyser une question qui présente de l’intérêt tant au point de vue de l’histoire que de la vie contemporaine ; la nature et sens des voies qui a suivie la croissance économique et le développement humain au Maroc et en Corée du sud.

Deux nations qui ont un passé plutôt commun (la colonisation brutal qui les a épuisée) mais un présent loin d’être identique.

Lorsque nous penons au développement économique sud-coréen un certains nombre d’images nous viennent a l’esprit : l’image d’une nation atteint brusquement après de longue retard le statut de puissance industrielle qui se poursuit a un rythme unique dans les temps modernes, l’image d’une économie planifie.

Alors que Maroc commence a peine de songer à une vrai croissance économique et prendre conscience de son patrimoine et sa culture et promouvoir son capital humain grâce a ses politiques de consolation, de solidarité et de mise à niveau.

Vue sous le même angle, l’histoire du Maroc rappelle dans ses grands traits celle du Corée du sud mais avec un décalage de 30 ans.

Nous traiterons d’abords le modèle de succès Coréen avant d’examiner le modèle du Maroc encore en sous développement.

Section I : le développement humain en Corée du Sud.

Paragraphe I : clés de succès économique Sud Coréen:

1)- Aperçu historique de l’avant développement sud Coréen.

Miracle Asiatique; les nouveaux pays industriels ou encore les quatre dragons, des nominations qui marquent le succès incontestable de ses pays. Le cas le plus remarquable de ses pays est la Corée du Sud qui a été pendant 35 ans (1910 à 1945) une colonie japonaise dont le rôle principale est d’approvisionner l’empire nippon en riz et en matières première tant en constituant un débouché Continue reading