L’investissement étranger dans le secteur agricole marocain

L’investissement étranger dans le secteur agricole – Section 3 :

L’agriculture tient une place de premier plan au sein de l’économie des pays en développement. Ce secteur d’activité est au cœur de toutes les problématiques de développement rural de ces sociétés : lutte contre la pauvreté, malnutrition, statut de la femme, scolarité, précarité foncière et capacité d’investissement…

Le secteur agricole au Maroc avait constitué l’une des principales activités économiques qui avait fortement attiré l’intérêt des colons durant la période du protectorat. En effet, pas moins d’un million d’ha ont fait l’objet d’une vaste opération d’accaparement et sur lesquels ils ont progressivement développé les premiers noyaux d’une « agriculture moderne » avec de nouvelles cultures et des rendements qui contrastent avec ceux obtenus dans le « secteur traditionnel »

Au Maroc, environ 12% du territoire, sont cultivés, 13% sont recouverts par les forêts et les parcours représentent 75%.

Seuls 16% de la superficie cultivée sont irrigués. Les 84% restants dépendent de précipitations incertaines, ce qui influe considérablement sur la production agricole. En outre, le fort accroissement de la population au cours des dernières décennies a entraîné une réduction de la taille des exploitations et un empiètement des zones agricoles sur les forêts et les pâturages .

L’agriculture connaît un renouveau dans la littérature économique sous l’influence de la libéralisation des échanges dans le contexte des négociations multilatérales .

Quelles sont les caractéristiques du secteur agricole au Maroc ?

Comment a évalué l’investissement étranger dans le secteur agricole ?

Avant d’essayer d’examiner ces deux axes, il sera procédé à la présentation d’un bref aperçu sur le secteur agricole marocain.

A) Bref aperçu sur le secteur agricole au Continue reading


Investissement étranger dans le secteur bancaire et financier

L’investissement étranger dans le secteur bancaire et financier – Section 2 :

Les secteurs bancaire et financier constituent, toutes proportions gardées, des créneaux d’attraction de l’investissement étranger au Maroc.

Ayant pris naissance durant la période du protectorat, le secteur bancaire a continué à être dominé par des capitaux étrangers même après l’indépendance est ce jusqu’en 1973, date de la politique de marocanisation de certaines activités économique. malgré cette politique, ce secteur a continué à, intéresser l’investissement étranger particulièrement à partir de 1990.

Quant au secteur financier, il n’a commencé à se développer distinctement du secteur bancaire qu’après 1992. L’implication de l’investissement étranger n’est intervenue qu’avec le mouvement des privatisations à travers la création de quelques fonds d’investissements étrangers et la réforme de la bourse des valeurs .

Comment a évolué l’investissement étranger dans le secteur bancaire au Maroc ?

Quel a été l’impact des flux financiers extérieurs sur le marché financier marocain ?

A) l’investissement étranger dans le secteur bancaire :

Le secteur bancaire est resté l’un des secteurs les plus pénétrés par le capital étranger et ce jusqu’en 1973 . Au lendemain de l’indépendance, le Maroc hérite d’un système bancaire quasi entièrement dépendant du capital étranger et qui comprenaient 26 banques, ramené à une quinzaine au début de la décennie 1980.

Les principales banques sont : « le Crédit populaire ; la Banque Marocaine de Commerce Extérieur ; la Banque Marocaine pour le Commerce et l’Industrie ; la Banque Commerciale du Maroc ; la Compagnie Marocaine de Crédit et de Banque ; ».

La part moyenne de l’investissement étranger qui s’est orienté vers le secteur bancaire a atteint 10, 27 %du total des Continue reading

Branches industrielles des investissements étrangers au Maroc

B) Les branches industrielles les plus concernées par l’investissement étranger au Maroc.

1. quelque donnée sur les principales opérations d’investissement étranger dans le secteur industriel.

L’examen du mouvement de l’investissement étranger dans le secteur industriel pendant les dernières décennies laisse apparaître clairement le démarrage de quelques projets d’une certaine envergure, soit dans le cadre d’un partenariat avec le capital marocain, public ou privé, soit réalisé exclusivement par le capital étrange .Pour l’année 1998 par exemple, 16% De l’investissement industriel total réalisé est attribué aux investissement étranger.

a. Industrie de transformation des phosphates.

A partir de 1995, l’office chérifien des Phosphates(O.C.P) s’est engagé dans une nouvelle stratégie d’investissement qui cherche à réalisé des unités de production d’acides phosphoriques purifiés en partenariat avec des groupes

Le Groupe Office Chérifien des Phosphates opère dans le domaine de l’industrie des phosphates et de ses produits dérivés .

Matière naturelle, le phosphate est utilisé principalement dans la fabrication des engrais : 85 % du phosphate extrait dans le monde sont destinés à la production des fertilisants, les autres 15 % sont dirigés vers les usages techniques (alimentation animale, détergence, traitement de surface, conservation des aliments, industrie pharmaceutique, etc.) .

La présentation qui suit développera davantage mais de manière non exhaustive, les réalisations majeures qui ont marqué l’action du Groupe OCP durant les cinquante dernières années et donnera des indications sur les perspectives d’évolution à l’horizon 2025.

Elle est articulée autour de sept parties couvrant les principaux domaines d’action du Groupe ainsi que les perspectives pour l’horizon 2025 :

1. les exploitations minières,

2. Continue reading


Caractéristiques de l’investissement industriel étranger au Maroc

Analyse sectorielle, obstacles et protection des investissements étrangers au Maroc – Deuxième partie :

Chapitre 1 : analyse sectorielle de l’investissement étranger au Maroc.

Le Maroc a connu depuis son indépendance des progrès non négligeables que beaucoup d’observateurs ne mettent pas, à notre point de vue, assez en exergue. Cependant, ces progrès, pour importants qu’ils soient, ne sont pas suffisants pour parler d’un véritable décollage de l’économie marocaine qui profiterait à l’ensemble de la population .

Par ailleurs, l’économie marocaine a toujours été considérée comme étant la plus libérale et la plus ouverte de tous les pays du Maghreb. Elle est celle dont les structures productives, commerciales et bancaires sont les plus conduites par l’initiative privée et les plus exposées aux marchés étrangers. Cette double vocation, libérale et mondiale est due particulièrement à la place dominante occupée par le Maroc dans la production et l’exportation du phosphate, au choix politique fondamental du Maroc d’entretenir des relations étroites avec le reste du monde et particulièrement avec l’Occident et à l’existence d’une forte bourgeoisie foncière, industrielle, commerciale et financière .

Sur les dernières décennies, les investissements directs étrangers se sont essentiellement orientés vers une demi-douzaine de secteurs : télécoms, industrie, tourisme, cimenterie, énergie et mines et banques .

Le Maroc aujourd’hui entre dans une phase relativement délicate de son développement.

Il s’est en effet engagé dans un processus d’ouverture sans précédent (signature d’accords d’association avec l’Union européenne, les Etats-Unis, la Turquie, ou encore avec certains pays arabes à travers l’accord d’Agadir ….), cependant son système productif ainsi que le contenu de ses échanges extérieurs demeurent typiques d’un pays en développement. Cette Continue reading

Institutions et ministères en relation avec l’investissement

Les divers organismes, institutions et ministères en relation avec l’investissement au Maroc – Section 2 :

Jusqu’à la fin de la décennie 1980, il n’y avait pas au Maroc de structure spécialisée chargée des investissements étrangers. Différents organismes intervenaient dans ce domaine mais dans le cadre de leurs attributions de base : l’office de développement industriel (ODI) ainsi que les ministères sectoriels chacun dans son domaine d’action.au niveau local, la responsabilité revient généralement à l’autorité locale.

A la fin de la décennie 1980, il fut procédé à la création du ministère délégué auprès du premier ministre chargé des investissements extérieurs remplacé plus tard par une structure chargée de la promotion des investissements étrangers et qui a rattachée au ministère du commerce extérieur de 1990à1993 puis au ministère des finances sous le nom de la *Direction des investissements Extérieurs*(DIE)

Beaucoup de progrès ont été accomplie par cette structure depuis sa création et ce en matière d’accueil, d’information, d’accompagnement de l’investisseur étranger ainsi qu’en matière de diffusion de l’image du Maroc à l’étranger. Elle représente le Maroc, en collaboration avec des structures représentatives du secteur privé, à de nombreux séminaires et conférences nationaux et internationaux. Un certain nombre de supports de promotion ont été réalisés par la DIE. Elle identifie et propose les mesures à même d’améliorer les conditions d’accueil de l’investisseur étranger au Maroc.

De même, elle assure l’interface entre les investisseurs, l’administration et tout interlocuteur pouvant participer à la mise œuvre d’un projet d’investissement. Toutefois, les moyens financiers et les règles inhérentes à l’organisation budgétaire et administrative restent relativement inadaptées aux besoins d’une stratégie de promotion de Continue reading