Rôle de l’éducation et la formation dans le développement humain

Section II : le rôle de l’éducation et de la formation :

L’importance, souvent soulignée, de l’éducation et de la formation pour le développement humain justifié de porter une attention particulière aux systèmes de formation. Ceux-ci se différencient selon la nature des structures productives. Composé d’éléments divers et interdépendants, tout systèmes de formation suppose, pour être efficace, l’existence d’une politique intégrée d’éducation et de formation.

Paragraphe I : le rôle de l’éducation et la formation dans le développement humain

1-les effets démographiques, sociaux, politiques et économiques de l’éducation :

L’importance de l’éducation peut être soulignée aussi bien en ce qui concerne les domaines démographiques, sociaux et politiques qu’économiques, au sens strict de la contribution des hommes à la production des biens et services.

Effets démographique, social et politique de l’éducation :

La progression de la scolarisation des femmes joue un rôle décisif quant à l’évolution démographique d’un pays. El existe, en effet, une corrélation nette entre la scolarisation primaire de ces dernières et de faibles taux de mortalité infantile et de fécondité.

L’éducation à également une action essentielle pour assurer la cohérence culturelle et morale d’une société. Elle peut renforcer, ou contribuer à créer, l’homogénéité culturelle d’un pays. Elle peut également dans une société pluriculturelle, favoriser les compréhensions entre les groupes qui la composent or, le développement humain suppose la mobilisation des énergies de la population à partir de valeurs partagées au-delà des différences culturelles, ethniques ou linguistiques.

La participation de la population aux décisions qui engagent son avenir est une condition nécessaire pour qu’elle adhère aux objectifs de développement proposés et coordonnés par les autorités politiques. La propagande et la seule contrainte ne peuvent y parvenir durablement. La formation de citoyens responsables et ayant les moyens intellectuels de cette participation apparaît bien comme essentielle.

Impact économique de l’éducation :

L’éducation à également un impact significatif sur l’efficacité productive de la main d’œuvre. Des travaux de nature très diverse ont dès les années soixante, permis de justifier cette affirmation selon laquelle l’éducation est une condition sinon suffisante, du moins nécessaire pour la croissance de la production de bien et de services. Ainsi, dans les lignées théoriques des analyses de G.BECKER en termes de capital humain, les calculs de taux de rendement de l’éducation, c’est-à-dire le rapport entre les coûts de cette dernière et les gains qui en sont attendus, montre que ces taux sont relativement élevés par rapport à ceux obtenus à travers des investissements en capital physique.

Dans les années soixante, les travaux de démission consacrés aux sources de la croissance aux Etats-Unis et ceux de Malinvaud pour la France, outre de nombreuses controverses théoriques et méthodologiques, ont contribué, d’un point de vue macroéconomique, à souligner l’importance de la prise en compte de l’éducation pour l’étude de la croissance. Plus récemment, le sucées des théories de la croissance endogène a remis, pour les macro-économistes, l’accent sur la nécessaire introduction de l’éducation parmi les déterminants de la croissance. Mais, du fait d’une approche par trop globale et de la complexité des phénomènes en jeu, la relation identifiée apparaît assez fragile.

D’autres travaux, fondés sur des enquêtes de terrain auprès de diverses catégories d’agents économiques, montrent que les producteurs ayant un meilleur niveau de formation scolaire adoptent plus s techniques ou produisent des biens plus avances techniquement. C’est en particulier, le cas d’agriculteurs de pays aussi différent que le Pérou ou la Thaïlande (banque mondiale, 1991).

Quelques constants d’histoire économique permettent également de renforcer cette présomption du rôle économique significatif de l’éducation. Ainsi, dès l’ère Meiji, le Japon a effectué un important effort en matière éducative. Si sa population n’était alphabétisée qu’a 15% en 1872, ce taux atteignait 70% en 1910. De même, au milieu des années soixante, la scolarisation dans le primaire était généralisée en République de Corée, résultat des efforts entrepris dès la fin de la seconde guerre mondiale.

2) Nécessité d’une politique publique intégrant l’éducation et la formation professionnelle comme moteur de développement humain.

La nécessité d’une politique publique intégrant éducation et formation professionnelle s’impose pour des raisons de financement, d’organisation administrative et de coordination des divers acteurs du système d’éducation et de formation.

a)Les questions de financement :

L’efficacité de l’ensemble du système de formation suppose un équilibre quantitatif entre les divers niveaux d’enseignement. Les ressources budgétaires publiques disponibles pour la formation sont nécessairement limitées. Elles doivent donc être réparties de façon cohérente entre les cycles. En particulier, si l’enseignement de base est, à juste titre, considère comme essentiel pour le développement humain, une part importante des ressources doit lui être prioritairement consacrée. Les choix budgétaires sont donc particulièrement révélateurs des politiques éducatives réellement menées et de leur plus ou moins grande cohérence.

Confrontés, surtout en cas d’ajustement structurel, à de graves problèmes budgétaires, les gouvernements pourraient être tentés de reporter sur la formation continue, financée par les entreprises, ce qui ne peut être acquis à l’école en formation initiale or, il ne faut pas opposer formation initiale et continue. Cette dernière ne peut efficacement compenser d’éventuelles déficiences graves de l’école. En fait, ces deux types de formation sont beaucoup plus complémentaires que substituables. Les entreprises ne sont pas des institutions de formation. Elles ne contribuent à la formation qu’en fonction des besoins de qualification qu’elles anticipent.

b) l’importance de l’organisation administrative et de la coordination des divers acteurs du système de formation:

L’efficacité des politiques de formation est fonction de la nature de l’organisation administrative de ce secteur. L’éducation, au sens strict de formation initiale, ne doit pas être administrativement séparée de la formation professionnelle. Des liens systématiques doivent exister avec les administrations chargées de la planification, de la politique industrielle, de la gestion du marché du travail. Une étroite coopération s’impose entre les divers ministères, tout particulièrement ceux de l’éducation, du travail, de l’Industrie qui, le plus souvent, gèrent des institutions différentes de formation professionnelle.

Cette nécessaire coordination des différents acteurs administratifs centraux conduit à s’interroger sur le degré de centralisation de la gestion de ce secteur. A l’évidence, les questions d’efficacité administrative, de bonne gouvernance, selon une expression à la mode, diffèrent selon les cas. Une gestion du secteur fortement centralisée, sous la responsabilité d’un ministère national de l’éducation et de la formation, et celle assurée de façon décentralisée par des collectivités territoriales par des agents privés, églises, associations entreprises, ne posent pas les mêmes types de problèmes selon les caractéristiques propres de chaque pays, liées à l’histoire de leurs systèmes éducatifs et aux comportements des nationaux, l’amélioration de l’efficience des systèmes de formation doit prendre des formes différents. Des politiques systématiques de décentralisation, désormais prônées par la banque Mondiale, peuvent se révéler très négatives pour le développement humain en agravant les déséquilibres régionaux et les inégalités sociales. . (1-2)

Croissance économique et développement humain

Table des matières :
Introduction générale
Chapitre I : croissance économique et développement humain
Section I : Aperçu général sur la réalité de la croissance économique et le développement humain :
Paragraphe 1-identification de la croissance économique :
1) Définition de la croissance économique
2) mesures de la croissance économique
3) modèles de la croissance économique
4) déterminants de la croissance économique Paragraphe 2-généralité sur le développement humain :
1) définition du développement humain
2) différents mesures du développement humain
3) acteurs du développement humain
4) clés du développement humain
Section II : la corrélation croissance économique-développement humain :
Paragraphe 1–la croissance économique au profit du développement humain :
1) l’impact des activités et des dépenses des ménages sur le développement humain :
2) l’influence des actions de l’Etat sur le progrès humain
3) les facteurs contribuant au renforcement des liens entre la croissance économique et le développement humain
Paragraphe 2- développement humain et la croissance:
1) développement humain un moyen facilitant l’utilisation des technologies
2) développement humain au service des échanges
3) rôle de l’épargne et de l’investissement dans le développement humain
4) renforcer les liens de corrélation pour favoriser la croissance économique :
Chapitre II : développement humain outil de développement socio-économique
Section I : capital humain facteur crucial du développement socio-économique :
Paragraphe 1 – Les ressources humaines un atout considérable :
1) la population : force productive pour la croissance économique
2) la culture humaine : motrice de la croissance économique
Paragraphe 2 –le capital humain richesse économique :
1) le capital humain avantage économique
2) l’investissement en capital humain.
Section II : le rôle de l’éducation et de la formation dans le développement humain :
Paragraphe 1 : Importance de l’éducation dans le développement humain :
1) les effets démographiques, sociaux, politiques et économiques de l’éducation
2) Nécessité d’une politique publique intégrant l’éducation et la formation professionnelle comme moteur de développement humain
Paragraphe 2 : la formation professionnelle une moyen pour favoriser le développement humain :
1) différentiation des systèmes de formation selon la nature des structures productives :
2) diversité et interdépendance des éléments constitutifs des systèmes de formation :
Chapitre III : développement humain : étude comparatif cas du Maroc et la Corée de sud:
Section I : le développement humain en Corée de sud :
Paragraphe 1 : clés du succès économique sud-coréen :
aperçu historique de l’avant développement sud-coréen
population et culture sud-coréenne déterminants du développement socio-économique
rôle des pouvoirs publics dans le développement socio-économique
Paragraphe 2 : les bases de succès du développement économique sud-coréen :
1) développement économique à base industrielle
2) investissements étrangers facteurs de développement économique
3) rôle dynamique de la zone pacifique dans la promotion économique sud-coréen
Section II : l’impact du développement humain au Maroc :
Paragraphe 1 : un regard sur le développement humain au Maroc :
1) défis actuels
2) évolution du développement humain au Maroc
3) les progrès en matière de développement humain
Paragraphe II : Perspectives de développement humain au Maroc :
1) La mise à niveau de l’économie marocaine
2) l’initiative national pour le développement humain (INDH) : nouvelle vision de développement
3) le développement humain et le projet 2025
Conclusion générale

_________________________________

1-6 : qualité de croissance ; équipe de banque mondial ; édition 2002.

1-2 : Vernieres Michel : développement humain, économie, politique : édition 2003.



   One Comment


  1. COULIBALY ABOUBAKAKAR
      23 February, 2013

    c’est bon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *