Clés de succès économique Sud Coréen et développement humain

Développement humain : étude comparative cas du Maroc et de la Corée de sud – Chapitre III :

Ce dernier chapitre sera consacré à analyser une question qui présente de l’intérêt tant au point de vue de l’histoire que de la vie contemporaine ; la nature et sens des voies qui a suivie la croissance économique et le développement humain au Maroc et en Corée du sud.

Deux nations qui ont un passé plutôt commun (la colonisation brutal qui les a épuisée) mais un présent loin d’être identique.

Lorsque nous penons au développement économique sud-coréen un certains nombre d’images nous viennent a l’esprit : l’image d’une nation atteint brusquement après de longue retard le statut de puissance industrielle qui se poursuit a un rythme unique dans les temps modernes, l’image d’une économie planifie.

Alors que Maroc commence a peine de songer à une vrai croissance économique et prendre conscience de son patrimoine et sa culture et promouvoir son capital humain grâce a ses politiques de consolation, de solidarité et de mise à niveau.

Vue sous le même angle, l’histoire du Maroc rappelle dans ses grands traits celle du Corée du sud mais avec un décalage de 30 ans.

Nous traiterons d’abords le modèle de succès Coréen avant d’examiner le modèle du Maroc encore en sous développement.

Section I : le développement humain en Corée du Sud.

Paragraphe I : clés de succès économique Sud Coréen:

1)- Aperçu historique de l’avant développement sud Coréen.

Miracle Asiatique; les nouveaux pays industriels ou encore les quatre dragons, des nominations qui marquent le succès incontestable de ses pays. Le cas le plus remarquable de ses pays est la Corée du Sud qui a été pendant 35 ans (1910 à 1945) une colonie japonaise dont le rôle principale est d’approvisionner l’empire nippon en riz et en matières première tant en constituant un débouché pour ses produits manufactures.

Dès sa libération en 1945, la péninsule se retrouva couper en deux zones sous l’influence soviétique et américaine. Le partie sud qui nous intéresse ici, apparut clairement comme le plus fragile: 80% des infrastructures industrielles se trouvent au nord du 38˚ parallèle, la stagnation du sud réduit a ses terre agricoles y entretient rapidement un mécontentement social.

Le pire se produisit lorsque le nord, poussé par ses allies soviétique puis chinois, paria sur cette fragilité pour envahir son rival, la réaction occidentale aboutit a la guerre de Crée qui ravage la péninsule de 1950 à 1953.

La suspension du conflit le 27 juillet 1953 laisse ce qui sera désormais officiellement la Corée du sud dévastée, les combats ont affecté 80 % de son territoire et profondément touchée en terme démographiques (quelque deux millions de réfugiés qui ont fui le nord viennent accroître la pression sur ce pays sous développé.

Le future dragon connais alors la pauvreté absolue une situation économique marqué par la précarité et de graves déséquilibres. (1-7) (1-8)

2)- population et culture sud Coréen déterminants de développement socio-économique:

Les peuples asiatiques en générales un niveau culturel élevé, un héritage millénaires, une homogénéité culturelle ils ne sont pas divisés en clans et ethnies.

Le développement des nouveaux pays industriels en générale n’est pas le fait de hasard : leurs habitants ont une habilité manuelle particulière et une forte endurance au travail. Les paysans appartiennent à la culture du riz et la main d’œuvre a été façonnée par la dureté des conditions de travail en milieu agricole.

La production du riz telle qu’elle est pratiqué en Asie du Sud- Est nécessite un contrôle rigoureux d l’irrigation (dans les rizières les plans de l’eau sont élevés au fur et a mesure de la croissance des plants) et une technique minutieuse de repiquages : les grains germés sont semée dans une serre, ensuite les meilleurs plans sont repiqués à intervalles réguliers dans les rizières. Les paysans sont nécessairement solidaires : ils dépend d’une même réseau d’irrigation, le travail est collectif et se n’arrête jamais.

Les peuples d’Asie ont l’avantage d’appartenir à une civilisation ancienne ayant toujours valorisé l’éducation, le respect de hiérarchie, le primat du groupe sur l’individu. Ils possèdent une socioculture favorable au développement. (1-5)

3)-rôle du pouvoir public Sud Coréen dans le développement socio-économique :

Dès le début des années 1950 l’Etat ambitieuse a mettant en œuvre les réformes appropriés a la propriété foncière,à l’éducation et aux compétences en matière de gestion des entreprise.

En 1948 les pouvoirs publics décidèrent de procéder a une réforme de la propriété foncière dans les compagnes, cette propriété fut limité au moine de trois hectares par exploitant agricole, les terres en surplus était confisqués et indemnisées et revendus a des conditions de crédit avantageuses aux exploitants non propriétaires ainsi les pouvoirs publics a pu réaliser une véritable redistribution des richesses et par conséquence la réduction de disparités sociales et contribuer à la croissance partagée.

L’Etat a manipulé les conditions de financement dés les années 1960 pour le développement du secteur privé ; l’ensemble des banques coréennes privé que publiques ont été soumises au directives du ministre des finances.

Le marché financier a été profondément distordu par cette intervention de l’Etat tandis que le crédit était prohibitif par la majorité des entreprises, et les secteurs prioritaires ont reçu des financements à des conditions avantageuses.

Il est établie que les pouvoir publics sont intervenus de façon beaucoup plus active et directe dans la gestion du pays et qu’ils ne sont pas contentés de mettre en œuvre des politiques macroéconomiques judicieuses, ils ont préparé un développement économique rapide grâce :
* La dévaluation de la monnaie national won coréen en 1964
* L’introduction d’un taux de change unitaire flattant en1965
* L’augmentation des taxes a l’importation sauf pour les produits de première nécessité.

L’Etat s’est intervenu aussi, en éducation grâce a ses politiques réglementer le taux d’alphabétisation était de 78% en 1945 alors que ce taux est tombé a 28% en 1960a la suite de la compagnes de scolarisations massives. A longue terme cette scolarisation crée un main d’œuvre instruite qui s’est relevée disponible lors de la croissance économique rapide ultérieure. (1-7)

Croissance économique et développement humain

Table des matières :
Introduction générale
Chapitre I : croissance économique et développement humain
Section I : Aperçu général sur la réalité de la croissance économique et le développement humain :
Paragraphe 1-identification de la croissance économique :
1) Définition de la croissance économique
2) mesures de la croissance économique
3) modèles de la croissance économique
4) déterminants de la croissance économique Paragraphe 2-généralité sur le développement humain :
1) définition du développement humain
2) différents mesures du développement humain
3) acteurs du développement humain
4) clés du développement humain
Section II : la corrélation croissance économique-développement humain :
Paragraphe 1–la croissance économique au profit du développement humain :
1) l’impact des activités et des dépenses des ménages sur le développement humain :
2) l’influence des actions de l’Etat sur le progrès humain
3) les facteurs contribuant au renforcement des liens entre la croissance économique et le développement humain
Paragraphe 2- développement humain et la croissance:
1) développement humain un moyen facilitant l’utilisation des technologies
2) développement humain au service des échanges
3) rôle de l’épargne et de l’investissement dans le développement humain
4) renforcer les liens de corrélation pour favoriser la croissance économique :
Chapitre II : développement humain outil de développement socio-économique
Section I : capital humain facteur crucial du développement socio-économique :
Paragraphe 1 – Les ressources humaines un atout considérable :
1) la population : force productive pour la croissance économique
2) la culture humaine : motrice de la croissance économique
Paragraphe 2 –le capital humain richesse économique :
1) le capital humain avantage économique
2) l’investissement en capital humain.
Section II : le rôle de l’éducation et de la formation dans le développement humain :
Paragraphe 1 : Importance de l’éducation dans le développement humain :
1) les effets démographiques, sociaux, politiques et économiques de l’éducation
2) Nécessité d’une politique publique intégrant l’éducation et la formation professionnelle comme moteur de développement humain
Paragraphe 2 : la formation professionnelle une moyen pour favoriser le développement humain :
1) différentiation des systèmes de formation selon la nature des structures productives :
2) diversité et interdépendance des éléments constitutifs des systèmes de formation :
Chapitre III : développement humain : étude comparatif cas du Maroc et la Corée de sud:
Section I : le développement humain en Corée de sud :
Paragraphe 1 : clés du succès économique sud-coréen :
aperçu historique de l’avant développement sud-coréen
population et culture sud-coréenne déterminants du développement socio-économique
rôle des pouvoirs publics dans le développement socio-économique
Paragraphe 2 : les bases de succès du développement économique sud-coréen :
1) développement économique à base industrielle
2) investissements étrangers facteurs de développement économique
3) rôle dynamique de la zone pacifique dans la promotion économique sud-coréen
Section II : l’impact du développement humain au Maroc :
Paragraphe 1 : un regard sur le développement humain au Maroc :
1) défis actuels
2) évolution du développement humain au Maroc
3) les progrès en matière de développement humain
Paragraphe II : Perspectives de développement humain au Maroc :
1) La mise à niveau de l’économie marocaine
2) l’initiative national pour le développement humain (INDH) : nouvelle vision de développement
3) le développement humain et le projet 2025
Conclusion générale

_____________________________

1-7 : Chean-Lée transformation économique de la Corée du Sud : édition 1995.

1-8 : Jean François Dufour ; NPI asiatiques : édition 1998.

1-5 : Frederic Teulon : croissance, crises et développement : édition 1994.

1-7 : Chean-Lée transformation économique de la Corée du Sud : édition 1995



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *