Notions sur la Téléphonie et sur les PABX classiques

IV. NOTIONS SUR LA TELEPHONIE ET SUR LES PABX CLASSIQUES
IV.1 Historique de la téléphonie
La téléphonie fait depuis longtemps partie de l’histoire. Du premier “téléphone à ficelle” à l’ouverture de la “boucle locale”, retour rapide sur l’histoire de la téléphonie du 17éme siècle à nos jours.
C’est au 17éme siècle qu’un physicien anglais Robert Hooke évoqua pour la première fois le principe selon lequel il est possible de transmettre un son au travers d’un fil bien tendu et dont les extrémités étaient terminées par un tube de carton ayant un coté fermé par une membrane. Le premier téléphone était né: “le téléphone à ficelle”. Depuis lors, ce concept a évidement subi de très nombreuses évolutions.

Dés le 18éme siècle, un académicien des sciences présenta un mémoire intitulé “un moyen de communiquer entre deux endroits très éloignés”. Ce principe était basé sur l’utilisation des propriétés acoustiques des tubes pour transmettre des sons de l’une à l’autre de leurs extrémités. Ce scientifique est à l’origine des tubes acoustiques qui se sont alors répandus très rapidement dans les châteaux et demeures bourgeoises.

Au 19éme siècle, un employé des télégraphes français publie pour la première fois une note sur “la possibilité de transmettre électriquement la parole”. 20 ans plus tard, le 14 février 1876, un professeur de l’université de Boston, l’Américain Graham Bell, déposa aux Etats-Unis une demande de brevet sur ce même principe.

Ainsi suite à un essai sur une ligne de 10 kilomètres entre Boston et Malden que la commercialisation du téléphone vit le jour. Ce premier téléphone fut mis en service, le 1er mai 1877. Elle avait une vocation privée, reliant le bureau d’un homme d’affaire à son domicile. Graham Bell présenta alors son invention sous une nouvelle forme : le téléphone à main (the Hand Téléphone).

Cependant avec la croissance des utilisateurs, il n’est plus concevable d’installer une ligne téléphonique entre chacun d’entre eux. C’est donc tout naturellement que naquit le premier réseau téléphonique qualifié de “commuté”. Il n’était pas encore automatisé. C’était alors une des opératrices (la téléphoniste) du central téléphonique (lieu d’interconnexion des utilisateurs) qui reliait physiquement les abonnés entre eux. Chaque utilisateur était alors identifié par son nom et son numéro d’abonné.
C’est la fin de ce siècle que le premier central semi-automatisé, le central électromecanique, fit son apparition.

Ainsi au 20émé siècle, une des premières innovations majeures fut l’automatisation complète des centraux téléphoniques. C’est à la fin des années 1970 que la majorité de téléphoniste et des centres éléctromecaniques furent remplacés par des commutateurs entièrement automatiques. Aucune opération manuelle n’était plus nécessaire pour relier deux abonnés. C’est la fin de l’éléctromecanique et le début de l’électronique.

IV.2 Notions sur les PABX
Un PABX (Private Automatic Branch eXchange) ou PBX en Anglais, est un autocommutateur privé, utilisé dans les entreprises pour assurer les communications internes et le lien avec le réseau téléphonique commuté global (Public Switched Telephone Network). Un autocommutateur est un central téléphonique, en d’autre terme, il représente l’élément central qui:
** Distribue les appels téléphoniques arrivés
** Autorise les appels téléphoniques départs
** Gère les terminaux téléphoniques
** Gère toutes les autres fonctionnalités ou options

Un autocommutateur privé possède sa propre intelligence pour faciliter la commutation des appels voix. Cet intelligence est géré par au moins une unité centrale (CPU), avec des processeurs d’entrées/sorties qui gèrent les interfaces de lignes et d’équipements de postes, avec également une mémoire vive (sauvegardée en général par une pile pendant à peu près cinq années).
L’alimentation électrique est indispensable pour faire fonctionner l’ensemble, et une ou plusieurs batteries permettent une certaine autonomie en cas de coupure de courant.

L’alimentation régulée peut-être intégrée au boîtier ou externe. Elle permet aussi de générer le courant d’appel pour les postes analogiques, et génère aussi différents potentiels continus indispensables pour tous les éléments.
Un PABX sur lequel on rajoute une passerelle pour l’accès aux réseaux devient un PABX-IP, et permet la voix sur IP (le “trunking” entre noeuds téléphoniques traditionnels).
Etat de l’art sur la Téléphonie sur IP et les solutions logiciels libres – PREMIERE PARTIE
Etude et mise en place d’un système de communication de VoIP: Appliqué à un PABX IP open source



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *