L'environnement de la PME

Le rôle de PME Petite et Moyenne Entreprise- Section 2

Au Maroc comme dans tous les pays du monde, la PME Petite et Moyenne Entreprise occupe une place très importante dans le développement économique.

Paragraphe 1 : la Petite et Moyenne Entreprise PME et son environnement
Dans une économie en voie de développement la Petite et Moyenne Entreprise PME prend certainement une place de grande importance, toutefois pour réussir elle a besoin d’un environnement propice et d’un ensemble de structures favorables à son épanouissement et son extension.

Si le Maroc a pris conscience de la nécessité de promouvoir la Petite et Moyenne Entreprise PME c’est en raison du rôle qu’elle peut jouer sur le plan socio-économique. Nous croyons que les Petite et Moyenne Entreprise PME marocaines performantes et dynamiques peuvent prendre une place capitale, déterminant et catalyseur dans le développement socio-économique de notre pays.

A/ La Petite et Moyenne Entreprise PME et le développement socio économique
La décentralisation géographique de la Petite et Moyenne Entreprise PME sur toute l’étendue du territoire nationale, répond aux besoins régionaux et nationaux (valorisation des matières premières, fixation de la population, élévation du niveau de vie absorption du chômage économie de devises, substitution aux importations , etc).

La petite et moyenne entreprise peut être un des pôle les plus importants du développement socio-économique du pays.

a-La Petite et Moyenne Entreprise PME : l’emploi et le contexte
notre pays caractérisé par un excédent de main d’œuvre oisive, le sous emploi, le chômage et l’exode rural.

*Appréciation générale :
Il est compréhensible que dans un cadre socio-économique similaire, les responsables se soucient sérieusement de la résolution du chômage. C’est dans ce sens que les Petite et Moyenne Entreprise PME reçoivent une grande part de financement de la part des institutions financières et bancaires. Ces facilités visent à permettre l’absorption du chômage et du sous emplois. Il y a lieu de rappeler qu’il n’est pas très prudent de tabler essentiellement sur la Petite et Moyenne Entreprise PME pour trouver les solutions de tous ces problèmes.

La Petite et Moyenne Entreprise PME est incontestablement une pépinière pour la création d’emploi non seulement pour répondre aux demandes d’emploi mais aussi et surtout pour les promoteurs eux-mêmes.

*Contexte objectifs :
Les centres de formation existants:
Il n’existe aucun programme spécial de formation professionnelle pour la petite industrie au Maroc.

Toutefois , une formation générale est dispensée par l’office de formation professionnelle et de promotion du travail (ORPPT) qui dispose d’un réseau d’école dans plusieurs villes du Maroc. Cet office perçoit mensuellement une subvention calculée sur les salaires payés par les entreprises industrielles, d’autre part, le patronat est représenté aussi de la commission qui sélectionne les candidats et statue sur les cours qui leur sont dispensées.

Les promoteurs des Petite et Moyenne Entreprise PME concernés peuvent infléchir les orientation et la politique de cet office en ce qui concerne les niveaux et donc les diplômes à décerner. En outre la formation professionnelle est dépensée par la direction de l’artisanat à travers l’institut national du cuir et du textile et ce à travers 83 centres d’apprentissage.

*Penurie de cadres :
En dépit du chômage croissant des cadres au cours de ces derniers années, dus au ralentissement des investissements dans certains secteurs, et à l’absence de volonté certainement imputable à une carence de lucidité et de perspicacité chez employeur privé de participer à l’absorption du chômage source de beaucoup de heurts et de maux , par une offre substantielle d’emplois en mesure de participer à améliorer la situation social sans grever la rentabilité et le rendement.

Les PME se heurtent à des difficultés de recrutement et surtout de maintient de cadres compétents et ce en raison des hauts salaires demandés.

Les cadres même nouvellement diplômés des universités instituts et grandes écoles ne sont pas toujours attirés par les PME. Celles-ci ne peuvent pas toujours satisfaire leurs demandes salariales et avantages proposés par les grandes unités.

En effet, les PME ne constituent pour ces cadres dans la grande majorité des cas, qu’un passage de formation et d’intégration dans le monde de l’action et de la vie publique.

*Pénurie de la main d’œuvre qualifiée.
Les centres de formation professionnelle ne fournissent pas suffisamment de la main d’œuvre qualifiée sur le marché du travail et l’offre de celle-ci reste toujours inférieurs aux demandes formulées par les sociétés.

Cette pénurie est encore plus ressentie par les PME qui ne sont pas en mesure d’offrir les rémunérations proposées par les grandes entreprises.

Dans plusieurs sociétés notamment de tissage et de mécanique il n’y a pas de la main d’œuvre qualifiée et compétente. Ceci handicape l’entreprise au niveau de la formation des ouvriers comme au niveau de la productivité.

En fait, la multitude des écoles de formation technique et professionnelle, ne permettent pas encore une formation immédiatement opérationnelle. Les professionnelles préfèrent toujours une main d’œuvre « rodée ».

b/ la PME entre la ville et la compagne
La promotion de la PME hors ville exerce un impact direct sur celles-ci et contribue à la résolution des problèmes urbains.

En retenant la population dans son territoire à la compagne la PME contribue au ralentissement varie même à la suppression des bidonvilles qui croissent dans les périphéries des villes et permet donc l’élévation du niveau de vie des habitants des villes. Elle participe à la résolution des problèmes d’emploi, et de transports etc.

Qui se posent avec acuité dans les centres urbains.

c-La PME entre le secondaire et le tertiaire
La mutation du secteur tertiaire (commerce) au secteur secondaire (industrie) semble être délicate, difficile et risqué, et ce pour un certain nombre de raisons dont: gains incertains, risque d’érosion du capital, manque de formation et d’information, etc… en dépit des études de marché élaborée par les bailleurs de fonds et auxquelles des promoteurs ne se fient pas toujours.

En effet la mutation n’est pas toujours aisée et il serait vain de tenter de convaincre un agriculteur ou un commerçant de se métamorphoser en « industriel ».

Toutefois, il a été remarqué dans un certain nombre de secteurs le rush de nouveaux promoteurs où ont réussi d’autres.

Nous pensons que pour faciliter la mutation entre les secteurs tertiaire et secondaire, les collectivités locales pourraient prendre l’initiative de lancer des projets susceptible de polariser des promoteurs potentiels.

B/ L’effet de la PME sur l’économie nationale
Loin d’être négligeable, la petite et moyenne industriels participe efficacement à la promotion de la dimension sociale du marocain comme du Maroc.

Elle doit être le produit de l’imagination créatrice de l’homme marocain et de l’outil de l’économie nationale en mutation (du primaire et du tertiaire vers le secondaire) afin de soutenir les efforts du secteur public tendant à orienter le pays vers l’industrialisation.

a-Sur le plan national :
Ne parvenant pas à rattraper le niveau des grandes unités industrielles d’une part et éloignées des classes inférieurs d’autres part les PME constituent alors une nouvelle classe sociale à part. Une classe tampon et stabilisatrice ayant son propres mode de pensé et ses propres intérêts. Les PME consacrent la naissance d’une nouvelle classe moyenne active et militante. Elles permettent l’éclosion d’hommes d’affaires et peut être d’entrepreneurs qui au départ ne disposent que de moyens modestes pourraient accroître leur revenu.

Ceci permettra irréversiblement, la constitution d’une large classe de capitaliste « nationaux ».

b-Sur le plan régional on régionalisation:
Chaque région détient des richesses et des potentialités considérables qui lui permettent d’amorcer son propre développement socio-économique régional.

La création intensive des PME qui emploient une main d’œuvre considérable dans les différentes régions du pays permettra l’essor de toutes les régions économiques marocaines et partant de toute l’économie nationale: ce qui permettra de faire de la PME un instrument fondamentale pour le développement économique et social du Maroc.

L’implantation de la PME dans les différentes régions du Maroc contribuera directement et efficacement à la valorisation des dites richesses et potentialités, à l’amélioration des conditions de la vie des populations locales, et au renforcement des liens existants entre l’industrie et l’agriculture.

Ce renforcement peut être amorcé dans certaines régions agricoles (Gharb- Doukala…) où les récoles peuvent être traitées par les PME agro – industrielles (tomates…)

Cette régionalisation de l’industrie ne pourrait réussir que si des conditions favorables sont réunies entre autre la réalisation d’infrastructure de base et l’émission de textes spécifiques selon les régions.
Chapitre I: définition et généralité et rôle de PME
Première partie: Analyse de l’environnement de PME
Relation banques – entreprises: cas des PME exportatrices



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *