L’économie chinoise: secteurs d’activités

I. Maroc-Chine.
I.1 L’économie chinoise:

A- Présentation de la chine:
La République populaire de la Chine est un pays d’Asie orientale, sa capitale est Pékin. La langue pratiquée est le Mandarin,

« La Chine est délimitée par 15 000 Km de frontières terrestres partagées avec 14 pays, et une façade maritime de 14 500 km. Elle est bordée, au nord, par la Russie et la Mongolie ; au nord-est, par la Russie et la Corée du Nord ; à l’est, par la mer Jaune et la mer de Chine orientale ; au sud, par la mer de Chine méridionale, le Viêt Nam, le Laos, la Birmanie, l’Inde, le Bhoutan et le Népal ; à l’ouest, par le Pakistan, l’Afghanistan et le Tadjikistan ; au nord-ouest, par le Kirghizistan et le Kazakhstan. La Chine possède 2 900 îles, dont Hainan (33 991 Km²), la plus importante, située en mer de Chine méridionale. Au sud-est de la Chine, séparée du continent par le détroit de Taïwan, se trouve Taïwan, revendiquée par la Chine comme 23e province du pays »[1] .

B- Démographie :
En 1950, la chine a connu une explosion démographique hâtée. Et entre 1953 et 1990, la population a doublé « malgré la crise démographique dite des « années noires » (1959-1961), ayant provoqué un déficit de naissances évaluées à 60 millions d’individus. L’indice synthétique de fécondité était alors entre 5 et 6 enfants par femme (5,8 en 1970) »[2].

Sa population est estimée à 1, 32 milliards d’habitats en 2007, environ 21% de la population mondiale qui a connu une diminution de son taux de croissance dû a l’adoption de la politique de limitation des naissances caractérisée par la politique de l’enfant unique. Le taux de natalité actuel est estimé de 13,4 % et le taux d’accroissement naturel est estimé à 1,01 %, auparavant ce taux a enregistre « de 2 à 3 % par an durant la première phase de la transition démographique (2,6 % en 1969), est retombé à 1,1 % par an entre 1990 et 1995. Il est estimé à 1,02 % pour la période 1995-2000 et à 0,7 % pour la période 2002-2020. Le taux de natalité est passé de 45 %o en 1953 à 21 %o en 1990, pour atteindre 13,10 %o en 2005. Dans le même temps, le taux de mortalité serait tombé de 22,5 %o à 6,90 %o. Cette faible mortalité s’explique par la jeunesse actuelle de la population. En 2005, 25,8 % de la population chinoise avaient moins de 15 ans, 67,6 % entre 15 et 65 ans et 7,6 % (2005), seulement, plus de 65 ans. La population est masculine à 51,50 %. »[3]. Et ce recul est dû principalement au progrès de la médecine et du soin.
Mais actuellement et avec l’application de la politique d’enfant unique, la chine a marqué une pyramide qui est beaucoup plus vieillante ce qui va constituer un frein pour la chine d’ici le futur.

C- Histoire:
La république chinoise a adopté une économie socialiste de marché.
En 1949, elle a marqué le début d’une autarcie économique suivie de mesure macro-économique à l’efficacité variable. Ce régime était parvenu à combler les famines épisodiques dont souffrait le peuple chinois en fournissant d’énormes efforts tout en évitant l’endettement du pays. Mais, malheureusement ça n’empêcherait qu’il y avait comme conséquence, la mort de plus de 30 milliards de personnes entre 1960 et 1962 à cause de la famine.

Plusieurs facteurs ont contribué à la stagnation de l’économie chinoise où trouvent une forte agitation sociale, une croissance démographique explosée.
Et si on est amené à parler des origines de l’économie chinoise, on devrait préciser que la Chine était pendant longtemps, l’une des économies les plus importantes du monde. Depuis le début de 1950 à la fin des années 1979, la république chinoise a adopté une stratégie visant l’autosuffisance économique.
La politique commercial a alors eu comme priorité des biens d’investissement pour augmenter ses capacités de production et réduire à terme les besoins d’importations.

Et après le retour de Deng Xiaoping au pouvoir en 1979, il a mis en œuvre une stratégie d’ouverture progressive qui a permis à la chine d’adhérer à l’organisation mondiale de commerce (OMC), le 11 décembre 2001.La chine avait plusieurs causes qu’il l’ont poussé a intégrer l’OMC parmi eux on cite: « Améliorer les capacités chinoises lors de futures rondes de négociations ,encourager les entreprises chinoises à être plus compétitives au niveau international améliorer la transparence de l’économie du pays, améliorer la confiance en l’économie du pays auprès des investisseurs et des partenaires commerciaux effectuant des transferts de technologie, Obtenir un accès non-discriminatoire aux marchés »[4]. Cette adhésion a permis à la Chine des effets bénéfiques pour sa croissance: conquérir d’autres économies, moderniser son économie, forte progression du PIB. Depuis les années 1980 elle est devenue le 1er producteur pour le monde pour divers produits tel que: textile, jouets, chaussures, ordinateurs, télévision, électroménager, automobile…

Certains délégués du parti communiste chinois en novembre 2002 avaient signalé que « pour promouvoir le développement rapide de l’économie nationale et construire une société au niveau de vie relativement aisé »[5], il faut qu’il y ait une réforme des entreprises de l’Etat.
Et on peut constater que l’apparition des banques et des assurances ne s’est faite qu’après l’adoption de la stratégie d’ouverture progressive de l’économie.

Pour sa politique monétaire, le yuan a été réévalué de 2% le 21 juillet 2005, suite aux pressions insistantes des États-Unis, qui voient dans le maintien d’un yuan faible un instrument de catalysation des exportations à faible coût. Les économistes occidentaux estiment que le yuan est sous-évalué de 40% face au dollar, ce qui revient, selon eux, à subventionner illégalement les produits chinois à l’étranger. La réforme financière en Chine est encore à l’état d’ébauche, et ne se fera visiblement que progressivement, sans céder aux pressions étrangères. En effet, une appréciation du yuan aurait des effets incertains sur l’économie chinoise, mais le maintien du taux de change fixe est devenu un vrai casse-tête pour Pékin.

L’évolution de l’écart ou différentiel des coûts salariaux unitaires dans l’industrie exportatrice (hausse rapide du salaire réel déflatée des gains élevés de productivité) semble favorable à la compétitivité de la Chine ; elle compense l’écart des taux d’inflation, défavorable à l’empire du Milieu. L’inflation a ainsi atteint 4,8 % en 2007, essentiellement en raison de la hausse des prix des logements, des matières premières et des produits alimentaires. La Chine en stabilisant de fait son taux de change maintient ou accentue son avantage compétitif et occupe aujourd’hui la première place quant à l’excédent commercial (+ 265 milliards de dollars en 2007 à comparer à la dernière place des Etats Unis avec un déficit de 815 milliards de dollars.

De fin 2005 à début 2008, la bourse de Shanghai a grimpé de plus de 400%. On assiste à une frénésie boursière en Chine qui pourrait se transformer en krach avec des conséquences désastreuses pour la population. L’envolée de la Bourse est essentiellement due aux investisseurs locaux. Bon nombre de ménages à faibles revenus préfèrent investir en bourse plutôt que d’épargner pour assurer leurs dépenses de santé ou l’éducation de leur enfant. Résultat, si le marché s’écroule, c’est tout un pan de l’économie du pays qui tombe. »[6]
Mais, actuellement la chine et devenue la 4éme puissance économique mondiale derrière les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne avec un PIB mondial de 2668 milliards de dollars en 2006.et que le rôle de l’Etat qui se manifestait avant en l’ouverture à l’extérieur, elle interdisait carrément l’intervention des entreprises privé ce qui a changé aujourd’hui après la reformes des politiques, le secteur privée a enregistré actuellement plus que la moitié dans le PIB et les trois quarts des exportations aussi il a contribué à la création de beaucoup plus d’emplois.

Cette montée économique au terme du poids économique est due à plusieurs facteurs: adopter la politique nationale de la science et de la technologie puisque c’était une échelle primordiale pour atteindre ses objectifs, fort investissement considérable, baisse des coûts de la main d’œuvre ce qui permet d’attirer sur son territoire des pays qui cherchent une main d’œuvre à bon marché, amélioration du niveau d’éducation, ainsi que les transferts des paysans sous employés des secteurs modernes d’activités, et également la migration des chinois du milieu rural au milieu urbain qui contribuent à garder le coût de la main d’œuvre bas et qui va entraîner la baisse des coûts pour les entreprises chinoises. Tous ces facteurs ont contribué à l’émergence rapide de la Chine dans le commerce mondial et qui a enregistré un taux de croissance de 51,48 % en 2007 et qui réalise une croissance flagrante de 13 % par an et un excédent commercial qui s’estime en 2007 en 250 milliards de dollars.

D- Les secteurs d’activités:
1.Le secteur agricole:
La Chine a appliqué plusieurs réformes économiques en 1978 qui avaient des effets positifs tel qu’une croissance économique rapide. Cette croissance est due à des changements au niveau national concernant le secteur agricole puisqu’elle a choisi de consacrer les facteurs de production tels que la nature et l’homme pour développer le secteur industriel et le secteur tertiaire ce qui a conduit à la baisse de la production agricole (loi de Clark et Fourastié) qui ont abouti à une parfaite croissance de l’économie chinoise, et qui va permettre aussi une croissance d’une agriculture à long terme.

De 1990 à 1994, la production céréalière a été presque immobile .En effet, la Chine a inclut d’autres diplomaties qui ont conduit qui a acheva retourner la décadence de la production vivrière ce qui a coûté très cher pour le gouvernement , puisque cette période a été marquée par l’inflation des céréales , aussi par la chute de la production de cette dernière, ce qui a amené le gouvernement à pousser « les prix à la production au dessus des prix mondiaux, offrant ainsi aux agriculteurs des incitations pour passer de la production de coton et de graines oléagineuses à la production céréalière. »[7]
Et en 1995, le gouvernement a été obligé d’équilibrer entre l’offre et la demande pour avoir un certain équilibre en terme de prix. Cet équilibre a aboutit a augmenter l’offre et en contre partie une diminution des prix.

Ainsi qu’en 1997, la Chine a entamé une politique sous le nom de quatre séparations et une perfection. « En réponse à l’inefficacité des bureaux céréaliers de l’Etat et au fardeau financier imposé par la politique céréalière du gouvernement, les autorités ont séparé (1) les fonctions politiques des bureaux des fonctions commerciales, (2) les stocks de réserve appartenant au gouvernement des entreprises commerciales, (3) les responsabilités du gouvernement central de celles des administrations locales, (4) les anciennes dettes bancaires des nouvelles dettes. Quant à la “perfection” il s’agit du processus visant à intégrer les prix à la production et les prix du marché. En 1998, le gouvernement central a annoncé qu’il poursuivrait la décentralisation de la gestion des céréales en augmentant les responsabilités des gouverneurs. Mais en fait, le gouvernement central a repris en main le monopole sur l’approvisionnement en céréales. Cette politique aide à maintenir la stabilité des prix, mais en freinant la concurrence, elle décourage les améliorations qui rendraient la commercialisation des céréales plus efficace »[8].

En Anticipant pour l’avenir, la chine a prévu plusieurs mesures. Parmi ces derniers on cite:

  • La chine s’est basée sur la subvention de l’agriculture à la place de la taxation tout en suivant L’OCDE (l’organisation pour la coopération et développement économique) et ça signifie que la chine a adopté la stratégie de protection de ce secteur par 2 moyens: soit par la politique de soutien des prix soit par les paiements directs aux agriculteurs. Mais le problème qui se posera c’est que plus de 45 pour cent de la population travaille dans ce secteur ce qui était très coûteux pour l’Etat de supporter ses charges.
  • Aussi la chine a adopté l’usage des barrières commerciales « pour isoler la production agricole chinoise du marché international. Dans ce cas, la demande nationale serait couverte par la production nationale et les producteurs locaux seraient implicitement subventionnés par les consommateurs. Compte tenu de la croissance économique rapide de la Chine et la baisse de la part de la nourriture dans le budget des consommateurs, cette option est attrayante. Mais comme les prix et les marchés seront en quelque sorte faussés, l’efficience globale de l’économie serait en baisse. L’envergure de la perte dépendrait de la différence entre les prix internationaux et les prix locaux. De plus, l’adoption de cette option pourrait créer un problème pour l’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce »[9].
  • Ensuite la Chine s’est basée une politique de libéralisation, ce qui signifie que la production sera exonérée de la taxation, elle importera de grandes quantités de céréales suite à l’adoption de l’avantage comparatif dans tout ce qui est importation et exportation mais tout en garantissant les bénéfices qui seront substantiels.

Suite a des études faites, elles ont montré que l’investissement dans la recherche agricole et dans l’irrigation et dans la vulgarisation ca mène la chine a assurer sa sécurité alimentaire dans le futur puisqu’elle va produire en 2010, 21 millions de tonnes de céréales et en 2020, 36 millions de tonnes, et elle estime qu’elle va avoir comme profit en 2010 environ les 4,5 à 7 milliards de dollars, et en 2020 elle deviendra une très grande exportatrice de céréales au niveau mondiale ce qui va entraîner une élévation du revenu national. Et actuellement, l’agriculture ne participe que de 13% dans le PIB national.
Mais, malgré ça ce secteur souffre encore de plusieurs obstacles tel que le déficit des terres cultivées et le morcellement.

2. Le secteur industriel:
Depuis l’année 2008 le secteur industriel a ralenti puisque l’augmentation des charges avait un impact significatif sur les bénéfices, ainsi que la décline du marché boursier et les fluctuations des prix de pétrole. D’après, le bureau national des statistiques il a remarqué que la croissance annuelle de 36,7% a diminué considérablement en 2007.En contre partie, le degré des exportations a atteint 347, 8 milliards de dollars, qui représentent 30% des exportations nationales, en ce qui concerne la valeur ajoutée elle a enregistré 18,3% en 2007. Et en cette année il participe de 46% dans le PIB, et actuellement la Chine est devenue une destination pour les pays les plus développés pour la fabrication de leurs produits et ce choix est dû à la main d’œuvre bon marché.

Les principaux acteurs qui agissent sur ce secteur sont principalement l’Etat qui contribue de 40% dans le produit national el les entreprises privées qui ne cessent pas d’augmenter.
Ainsi la zone industrielle se localise notamment dans les régions maritimes de l’Est et du sud. C’est ainsi les régions les plus attirées par les investisseurs étrangers.

Les principales industries qui forment ce secteur et que leur volume de production de certaines industries se classifient dans le 1 er rang au niveau mondial sont: -Le secteur technologique, en cette année la production des hautes technologies a atteint un niveau plus élevé presque 269 milliards de dollars, qui représentent 7,8% de PIB.
-En ce qui concerne l’industrie lourde, elle a augmenté de 19,6%, et qui comprenne plusieurs branches tels que la construction navale, la mécanique lourde et qui participe avec une très grande partie dans la valeur ajoutée qui est composée par la fabrication des machines de transports et des équipements, le raffinage pétrolier, la pétrochimie, l’aéronautique est qui s’intéresse au domaine militaire, ainsi que l’aérospatiale.
-Ainsi, pour l’industrie légère elle est composée principalement par l’artisanat, la papeterie, carton et fourrures…
-Le textile et l’habillement: il est classé le 1 er au niveau mondial, et il fait travailler presque 4 millions de personnes. Cette industrie comprend le coton le tissu, la laine, la soie, la teinture et le prêt à porter.

-Pour l’industrie d’automobile, ce secteur fait travailler presque deux millions de personnes et d’ici 2015, la Chine estime qu’elle va employer le triple de ce nombre. La Chine aujourd’hui envahit le monde de sa production puisqu’ elle a réalisé 7 millions de véhicules en 2006 ainsi qu’elle est considérée le second marché de l’automobile.
Il y en a d’autres secteurs tels que l’électricité, l’électroménager, le domaine pharmaceutique, l’électronique, la télécommunication…

En ce qui concerne ses ressources énergétiques, la Chine dispose principalement de 64% de charbon qu’elle exploitait environ de 79% dans la production de son électricité en 2003; 27% de pétrole qui augmente d’une manière incroyable environ 12% qui s’exploite principalement pour développer le secteur automobile par an. Ainsi la Chine a importé presque5, 4% de pétrole brut et qui a consommé en cette année 8% et qui était classé la 2 eme au niveau mondial pour la consommation de l’or noir qui ne cesse pas d’augmenter; 5,5% l’hydroélectricité, 3% du gaz naturel, et 0,5% d’énergie nucléaire. Mais malheureusement ces ressources ne sont pas suffisantes par rapport aux besoins.

Bref, pour conclure la Chine présente une puissance industrielle puisqu’elle enregistre presque une augmentation de 10% par an et représente presque la moitié du produit national et c’est grâce à la vitesse de la performance des entreprises chinoises suite à une compétitivité qui est dû principalement à une main d’œuvre avec un salaire bas, aussi elle dispose de plusieurs conditions qui sont favorables pour le développement de ce secteur parmi lesquelles la possession d’une grande flexibilité dans la production et avoir un large marché de consommation.

Mais il ne faut pas oublier que l’industrie chinoise représente aussi des effets négatifs sur le climat à cause des émissions de dioxyde carbone qui ont engendré le réchauffement climatique. Mais la chine n’est pas prête à abandonner d’exploiter sa force énergétique qui contribue à la croissance et à l’amélioration de son secteur pour le profit de la nature et donc la chine est considérée parmi les pays les plus pollués au monde et qui ne respecte pas les normes de technologie.
En ce qui concerne le commerce extérieur, les exportations de la chine portent sur: les machines, les équipements, les vêtements…dont ses principaux clients sont: le japon et les Etats-Unis, en ce qui concerne ses importations, elles portent sur notamment: le pétrole, les matières de plastiques, les machines mécaniques….ainsi pour ses importations excessives des ressources énergétiques rendent la Chine dépendante de l’extérieur ce qui a poussé la Chine a entamer des programmes d’essence synthétique préparé à partir du charbon.

3.Le secteur tertiaire:
Depuis l’année 1970, le secteur tertiaire a connu un grand changement puisqu’il s’est développé d’une manière incroyable. D’après les statistiques, le taux de croissance enregistre plus que 10% par an et il a participé de 30% dans le PIB. Ce secteur contribue à la création d’emplois et même il a dépassé le secteur secondaire dans ce point. Ce secteur comprend comme branche: la restauration, le tourisme qui s’est développé rapidement et c’était depuis l’ouverture de l’économie sur le reste du monde puisqu’il a accueilli l’année dernière 41,76 millions de touristes étrangers ce qui a entraîné des recettes de 25,7 milliards de dollars qui va servir à combler les problèmes dont la chine connaît dans d’autres secteurs, on trouve aussi le transport, la publicité, l’assurance, la finance…

Selon les objectifs prévus la Chine espère réaliser en 2020 en ce secteur une valeur ajoutée qui va participer à l’augmentation du PIB de plus que 50%.
Maroc Chine: les relations économiques
___________________________________
[1] http://www.memoireonline.com/12/06/309/m_emergence-economie-chinoise-impact-monde1.html#_Toc134179767
[2] http://www.memoireonline.com/12/06/309/m_emergence-economie-chinoise-impact-monde1.html#_Toc134179769
[3] http://www.memoireonline.com/12/06/309/m_emergence-economie-chinoise-impact-monde1.html#_Toc134179769
[4] http://www.memoireonline.com/12/06/309/m_emergence-economie-chinoise-impact-monde2.html#_Toc134179788
[5] http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_la_Chine
[6] http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_la_Chine
[7] http://www.ifpri.org/french/2020/briefs/br60fr.htm
[8] http://www.ifpri.org/french/2020/briefs/br60fr.htm
[9] http://www.ifpri.org/french/2020/briefs/br60fr.htm



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *