La contribution de la PME au développement économique

Spread the love

Paragraphe 2: la contribution de la PME au développement économique:

Dans la majeure partie des pays où la PME petite et moyenne entreprise a été considérée comme étant un outil prioritaire du développement socio- économique, les résultats s’étaient révélés bénéfiques.

Ceci a été vrai autant dans certains pays développés que dans des pays sous développés.

A- Dans les pays industrialisés:
Dans les pays de l’hémisphère nord, la PME petite et moyenne entreprise occupe une place importante, et son effort est proportionnel à cette importance.

Au Japon 97% des entreprises sont des PME petite et moyenne entreprise le nombre de personnes qui y sont embouchées correspond à 35% de l’emploi industriel la valeur ajoutée correspond à 31% de la valeur ajouté totale de l’industrie nippone.

En France en 2004, sur l’ensemble des entreprises l’industrie du commerce et services les 2.4 millions de PME petite et moyenne entreprise c’est a dire les entreprises ayant moins de 250 salariés représentent 99,8% des entreprises, elles réalisent 46% des chiffres d’affaires, global des entreprises, 53% de la valeur ajoutée et emploient 8,3 millions de salariés, soit 59% du total actifs, les PME petite et moyenne entreprise ne réalisent pourtant que 23,2% des exportations à cette année 2004.

Les pays actuellement développés, ayant notamment basé leur développement sur les PME petite et moyenne entreprise ne l’ont pas fait dans un cadre extraverti: les capitaux étaient nationaux. En outre, le sur plus dégagé de l’activité était réinvesti dans leur pays dans les secteurs industriels ou industrialisants, les plus productifs.

B- Dans les pays en voie de développement
Dans les pays en voie de développement, la situation est similaire de celle des pays développés.

La petite et moyenne entreprise PME rurale occupe entre 30 et 50% de la population active des compagnes dans la plupart des pays en voie de développement. Cette proportion se situe à 75% au Sirilanka, 66% en Corée du Sud et 70% à Taiwan. En Chine cette proportion est de 50% dans les industries de production des fertilisations et 100% dans celles de la production de matériel agricole.

En Egypte 90% des entreprises sont des petites et moyennes entreprises PME leur contribution à l’emploi industriel est de 60%, la valeur ajouté industrielle correspond à 40%.
A Singapour 90% des entreprises sont des PME elles interviennent à concurrence de 40% dans l’emploi industriel.
En Corée du sud 95% des entreprises sont des PME leur participation à l’emploi industriel est de 38%. L’intervention de la petite et moyenne entreprise PME coréenne dans la valeur ajoutée industrielle est à hauteur de 19%.

C- Au Maroc
Diagnostics et analyses qui font ressortir de manière générale , les constats suivants:
1- La petite et moyenne entreprise PME souvre d’insuffisance intrinsèques liées à la fragilité de ses structures et à la faiblesse de ses moyens humains, techniques et financiers, face aux évolutions d’un marché qu’elle ne maîtrise pas toujours.
2- Elle est plus exposée aux contraintes de son environnement économique et social, dont elle subit plus que la grande entreprise, les aléas et les incertitudes.
3- Elle ne dispose pas de structures décentralisées d’accompagnement et de suivi, spécifiquement dédiées à ses besoins, ni d’un cadre institutionnel interlocuteur.

La petite et moyenne entreprise PME est présente dans tous les secteurs de l’activité économique marocaine: l’industrie, l’artisanat et les commerces et les services financiers.

Dans le domaine industriel en particulier parmi les 500.000 emplois que compte aujourd’hui le secteur, la PME représente près de la moitié répartie comme suit: textile et habillement 35%, Chimie et parachimie 26 %, agro- alimentaire 24%, mécanique et métallurgique 12% électronique et électrique 3%.

Dans le secteur artisanal, la PME prédomine encore plus dans la pêche, la sylviculture, l’élevage, et surtout dans les métiers traditionnels à forte valeur ajoutée culturelle est sociale (tapis, produits de terre, métaux, cuir…) ainsi l’ensemble de ce secteur artisanal qui compte près de 2 millions d’emplois est constitué dans sa plus grande majorité de PME.

Le secteur du commerce qui compte 880.000 emplois est constitué dans presque son intégralité de PME.

Dans le secteur des services, et tout d’abord dans le secteur touristique qui compte près de 600.000 emplois, la PME constitué un outil privilégié dans la promotion de l’hôtellerie, de la restauration et des agences de voyages.

La PME a également accusé une présence de plus en plus remarquée dans le domaine des transports urbains et inter- urbains depuis leurs privatisation au milieu des années 90.

*La PME rurale: un nouveau gisement pour le développement d’activités économiques locales.
Les contributions des PME rurales seront axées sur les éléments suivants:
*Un constats concernant la création des activités économiques non agricoles en milieu rural au Maroc et dans le monde et leur importance stratégique dans les nouvelles politiques agricoles.
*Une évaluation du potentiel de création d’activités économiques non agricoles en milieu rural au Maroc.
*Une mise en perspective de défis que l’économie marocaine aura à relever pour une dynamisation de la promotion de la PME rurale.

Au Maroc, la nature stratégique de la promotion de la PME rurale trouve sa raison d’être dans les faits suivants:
*L’importance du marché en milieu rural, puisque avec 12856000 habitants la population rurale est encore de près de 45% dans la population totale en 2000.
*La saturation objective des activités agricoles proprement dites puisque malgré le nouvel équilibre démographique entre la ville et la compagne.

La population rurale continuera à croître en valeur absolue avec comme corollaire l’aggravation de la pression des hommes sur les terres agricoles utiles.

*Le poids de l’agriculture des activités économiques nouvelles et des produits dans le commerce extérieur du pays.
*La place particulière de l’agriculture dans la réalisation des grandes équilibres économiques, financiers et sociaux.
*Et en fin, le nouveau rôle de la PME dans les nouvelles orientations nationales en matière de partenaire international, notamment en direction de l’union Européenne.

Compte tenu de toutes ces considérations, il existe donc réellement au Maroc un fort potentiel de création d’activités économiques non agricoles en milieu rural soit insuffisamment exploité soit non encore exploré.

– Le potentiel de création d’activités non agricoles en milieu rural au Maroc:
Il existe un fort potentiel de création d’activité non agricoles en milieu rural. En effet, saisi au niveau de la part de l’emploi non agricole dans le totale de l’emploi en milieu rural. Le rythme lent d’évolution des activités non agricoles en milieu rural est un parfait indicateur. Ainsi la part de l’emploi non agricole dans le total de l’emploi en milieu rural est passé de 15% en 1961 à 18% en 1971, à 20% en 1987 et 21,2% en 1998.

Mais au delà de ces constats statistiques qui dénotent de l’existence de potentialités importantes en matière de création de PME rurales, la tendance dominante jusqu’à nos jours au Maroc, en matière d’analyse et d’évaluation des activités non agricoles en milieu rural réside dans le primat accordé à la dimension sociale et passive de leur impact au détriment de leur rôle actif dans la dynamique économique globale.

Conclusion:
Les PME constituent un véritable pôle de développement dans tout les pays du monde, industriels ou en voie de développement.
Au Maroc, ces entreprises représentent 95% du nombre des entreprises, elles jouent un rôle important dans tous les domaines et surtout dans le domaine de l’absorption du chômage et du sous emplois. Mais ce rôle reste limité à cause des difficultés et des problèmes que connaissent ces petites et moyennes entreprises ce qui entraîne un retour en arrière de son efficacité au niveau national et au niveau international sous les contraintes de la mondialisation.
Section 2: Le rôle de PME Petite et Moyenne Entreprise
Chapitre I: définition et généralité et rôle de PME
Première partie: Analyse de l’environnement de PME
Relation banques – entreprises: cas des PME exportatrices



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *