Les changements climatiques et leur impact sur l’eau douce

Le coût économique du recyclage des eaux usées
Chapitre I : Impact des changements climatiques et de la surpopulation sur le stock de l’eau douce de notre planète
La pollution de l’eau provient de l’utilisation des cours d’eau à des fins de dépotoirs ou d’élimination des déchets. Cette utilisation de l’eau entre en conflit avec d’autres utilisations, tel l’approvisionnement en eau potable, les activités récréatives, l’irrigation, etc.

La pollution de l’eau constitue un mal collectif au sens économique du terme en ce qu’une fois qu’un plan d’eau quelconque est pollué d’un niveau donné, il est pollué également pour   tous   ceux qui,   à l’intérieur   d’une même catégorie d’utilisateurs, sont susceptibles de faire usage de cette eau. Par exemple, si la pollution a éliminé la faune aquatique ou remplacé les  espèces nobles par des espèces nobles par des espèces moins nobles, tous les pêcheurs sont affectés également par la pollution. Si la pollution bactériologique interdit la baignade, tous les baigneurs en sont frappés également. Les utilisateurs doivent être considérés par catégorie car il se peut très bien que la pollution, tout en éliminant certaines utilisations, n’affecte pas certains autres usages. C’est ainsi que l’eau utilisée par l’industrie pour des fins de refroidissement peut être impropre aux activités récréatives comportant contact avec l’eau, mais ne présenter aucun inconvénient pour l’industrie en cause.

Section I : Impact du changement climatique
Paragraphe 1 : Changements climatiques:
Il est indiscutable que le climat de la terre a changé au cours des dernières décennies, comme le montrent de nombreux enregistrements de services météorologiques et hydrologiques du monde entier. Il est particulièrement intéressant de savoir si, et si oui comment, les événements extrêmes ou rares ont évolué et vont éventuellement encore changer. Parmi ces événements comptent les précipitations intenses, qui peuvent provoquer des glissements de terrain et des inondations, de même que les canicules et les sécheresses. Ces 10 à 15 dernières années, les événements extrêmes semblent être devenus de plus en plus fréquents en Europe, à l’instar de l’été chaud de 2003, au cours duquel les déviations de la température diurne par rapport à la moyenne observée à long terme ont atteint presque 10°C. Pour savoir à quels changements le climat pourrait être soumis à l’avenir, des modèles climatiques globaux ont été développés, qui calculent les transformations possibles du climat pour les 100 années à venir, sur la base de différentes hypothèses concernant l’évolution des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ces modèles par ordinateur peuvent être considérés comme des représentations mathématiques du système Terre, car ils décrivent numériquement et calculent, le plus proche possible de la réalité, les processus physiques et biogéochimiques du système terrestre. Afin de pourvoir évaluer la qualité des modèles climatiques, ils sont d’abord utilisés pour le calcul de périodes passées. Pour cela, une période est choisie pour laquelle, de préférence, de nombreuses observations sont disponibles dans le monde entier.

Paragraphe 2 : L’impact des changements climatiques sur le Stock de l’eau douce  et sa qualité

Le changement climatique affectera les pêches en eau douce par les effets qu’il aura sur les niveaux d’eau. Un abaissement des niveaux d’eau dans les Grands Lacs, par suite d’une évaporation accrue et d’une variation des régimes de ruissellement et d’écoulement des eaux souterraines, menacerait les terres humides littorales qui fournissent au poisson des habitats et des terrains d’alevinage essentiels. Dans le Saint-Laurent, il mettrait à découvert un nouveau substrat et pourrait faciliter l’invasion de plantes aquatiques exotiques ou agressives. La baisse des niveaux d’eau dans les lacs des Prairies a augmenté la salinité de l’eau et eu des effets appréciables sur les organismes aquatiques.

Le changement climatique aura également des impacts sur les pêches en eau douce, impacts qui se manifesteront principalement par des variations de la température de l’eau, de la répartition des espèces et de la qualité des habitats. Comme dans le cas des pêches marines, il est important de reconnaître que les contraintes non climatiques exercées sur les écosystèmes continueront de se répercuter sur les pêches, d’où l’importance de comprendre les interactions du changement climatique et des facteurs de stress, qui sont essentiellement les changements de vocation des terres, les prélèvements d’eau et l’introduction d’espèces allochtones. D’autres problèmes se poseront aux pêches intérieures, du fait que le changement climatique causera des déséquilibres plus fréquents entre l’offre et la demande et que les ressources en eau feront l’objet d’une concurrence plus vive entre les secteurs.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *