La pollution: Étymologie, la notion de la pollution

Pollution vient de la latine pollution qui signifie « salissure », « souillure ».
La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition [techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=6402] (Une définition est un discours qui dit ce qu’est une chose ou ce que signifie un nom. D’où la division entre les…) varie selon le contexte [techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=10586] tape →3/5 : Une relecture a été demandée. • Si vous voyez des erreurs de traduction, vous pouvez…), selon le milieu considéré et selon ce que l’on peut entendre par malsain. Dans le langage courant, la pollution est une dégradation de l’environnement résultant de la […]
Le coût économique du recyclage des eaux usées
Chapitre I : Impact des changements climatiques et de la surpopulation sur le stock de l’eau douce de notre planète
Section II : Impact de la pollution sur le stock de l’eau douce
1 : La pollution
Étymologie:
[…] pollution est une dégradation de l’environnement résultant de la dissémination de produits toxiques ou de l’abandon de matériaux non biodégradables.

Sens ancien:
Historiquement, la pollution est la contamination (d’une personne, d’un lieu, etc.) par des substances impures, c’est-à-dire inappropriées au contexte (au sens religieux). C’est donc un mot d’origine religieuse, et qui, de fait, conserve un caractère sacré assez marqué.

Jusqu’à tout récemment (milieu du XXe siècle), son seul usage non religieux était médical : il désignait l’émission de sperme en dehors d’activité [techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=1706] (Le terme d’activité peut désigner une profession.) réellement sexuelle, principalement durant le sommeil des adolescents.

Sens contemporain:
De nos jours, depuis que l’industrialisation a multiplié les produits et que l’explosion démographique met une très forte pression sur l’environnement, ce mot s’est spécialisé : il désigne surtout la diffusion dans l’environnement, généralement comme sous-produit involontaire d’une activité humaine, de polluants ou de phénomènes physiques (radioactivité, électromagnétisme, …), dont le caractère impur ou malsain est précisé comme relatif :

  • soit à leur nature de poison pour l’homme (exemples type: mercure de la baie de Minamata ; smog londonien, généré par la combinaison d’un phénomène climatique naturel et d’émissions causées par le chauffage [techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=3357] (Le chauffage est l’action de transmettre de l’énergie thermique à un objet, un matériau, un être vivant pour lui…) urbain) ; par extension, le simple caractère désagréable, même sans danger, peut suffire à attirer le qualificatif de pollution
  • soit à leur nature tératogène (provoquant des malformations chez les nouveau-nés), même non associée à un caractère toxique pour l’adulte (exemple type : dioxines, radioactivité).
  • soit, en dépit de leur caractère non directement toxique pour l’homme et les êtres vivants, à leur capacité éventuelle à changer ou perturber le fonctionnement d’un biotope, soit en détruisant la vie (exemple type : insecticides, chlorofluorocarbones détruisant la couche d’ozone), soit au contraire en la favorisant (exemple types : nitrates agricoles, favorisant les nutriments provoquant un déséquilibre avec l’oxygène dissout disponible dans des milieux où on préférerait ne pas en voir trop : étangs, baies marines, etc.).

La notion de pollution est généralement associée à une action humaine, mais pas toujours ; il existe des zones qu’on peut juger naturellement polluées, par exemple des lacs naturellement toxiques un exemple: les lacs acides

Inversement, en France, en l’absence de loi ou de normes, des territoires que l’on sait très fortement contaminés, par exemple les forêts de la Zone rouge de Verdun, ne sont pas officiellement reconnues comme pollués.

Il peut s’agir de la présence d’un élément dans un milieu ou dans contexte où il est normalement absent à l’état naturel. Généralement, néanmoins, ce n’est pas simplement la présence mais plutôt la surabondance de l’élément dans un milieu où il est naturellement en équilibre en plus faible quantité qui crée la pollution. Cet élément, appelé « polluant », peut-être chimique, biologique, visuel, sonore ou olfactif.

La pollution est souvent vue comme étant anthropique ou artificielle (créée par l’Homme) et nuisant à la nature ou à l’environnement, mais elle peut tout aussi bien être conçue comme l’inverse (par exemple un animal [techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=4431](Un animal (du latin animus, souffle, ou principe vital) est un être vivant capable de mouvement et de perception. On…)qui fera ses besoins à proximité d’un captage d’eau potable [techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=3462] (Une eau potable est une eau devant satisfaire à un certain nombre de caractéristiques la rendant propre à la…) viendra le polluer). Ainsi une pollution peut-être relative à un contexte ou un milieu particulier (ce même animal, s’il fait ses besoins en “pleine nature” ne sera plus taxés de pollueur). Nous pouvons ainsi donner une définition plus générale de ce terme comme étant un phénomène ou élément perturbateur d’un équilibre établi et plus particulièrement si cet élément est nuisible à la vie.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *