Les besoins croissants du Maroc en recherches appliquées

A l’indépendance, le Maroc ne disposait que de quelques institutions d’enseignement supérieur et de centres de recherches. Ce n’est qu’à partir des années 1960 que de nouvelles écoles et universités ont pu voir le jour et se développer. Cet effort s’est prolongé durant les années 1970 avec la création d’un plus grand nombre d’écoles et d’universités. Il a fallu attendre les années 1970 et 1990 pour voir l’émergence d’une nouvelle génération d’établissements universitaires et […]
Économie du savoir
Troisième partie: L’insertion du maroc dans l’économie du savoir
Chapitre I: Porquoi le renforcement de l’industrie du Maroc dans l’économie du savoir ?
Section 2 : Les besoins croissants du Maroc en recherches appliquées
1) Enseignement supérieur et recherche scientifique :
[…] d’une nouvelle génération d’établissements universitaires et de centres de recherche. Par ailleurs les mécanismes de gestion et de coordination administrative et technique ont été développés dès l’indépendance.
Plusieurs réformes ont ainsi jalonné les trajectoires du système d’enseignement et de recherche au Maroc. La dernière réforme est celle devant être mise en place dès 2000 et qui a été basée sur d’importants travaux d’analyse du système (COSEF, 2005) .

Ceci a donné lieu à des lois qui devaient aider à accroître l’efficience du système éducatif et donc créer de nouvelles conditions pour la production et l’utilisation des savoirs. Les objectifs majeurs de la Charte Nationale d’Education et de Formation portent sur (COSEF, 2000)2:
** La généralisation de l’enseignement et l’amélioration de sa qualité et de ses performances afin de combler les retards en matière d’alphabétisation et de scolarisation de base.
** La réalisation d’une cohérence structurelle du système d’éducation-formation d’après une intégration interne basée sur une coordination pédagogique, institutionnelle et sectorielle, et un ancrage effectif du système d’éducation et de formation à son environnement socioéconomique,
** La modernisation des procédures et des méthodes de gestion et de pilotage du système en encourageant la gestion de proximité, axée sur les résultats et incitant à l’innovation et à l’initiative.

La science et la recherche scientifique sont des éléments fondamentaux pour le renforcement de l’intégration du Maroc dans la nouvelle société du Savoir. Donc, l’organisation et la structuration de ces éléments et l’augmentation des moyens financiers consacrés à la recherche scientifique sont nécessaires. De nos jours, la recherche scientifique au Maroc commence à être perçue comme la base de la transition politique et économique que connaît le pays. Les différents acteurs et bénéficiaires sont de plus ne plus conscients du rapport positif entre la recherche scientifique et technologique et le développement socio-économique du Maroc. Au niveau des entreprises, les dirigeants sont conscients de l’importance des nouvelles stratégies de recherche scientifique et d’innovation technologique dans la compétitivité des produits, en réponse aux défis de la mondialisation. Au niveau du gouvernement, une stratégie nationale en faveur de la recherche scientifique a été adoptée à travers la détermination des axes prioritaires, la création d’un ministère délégué à la recherche scientifique, l’amélioration des conditions de travail des chercheurs Marocains et la mise en place d’infrastructures de recherche et de plates-formes techniques (DFC, 2003).

2) Autres Problèmes Relatifs à la Recherche Sientifique :

Le financement mis à part, la recherche scientifique connaît d’autres problèmes relatifs à l’impact de l’analphabétisme et de la pauvreté. Etant donnée l’importance du pourcentage depopulation pauvre et analphabète, le Maroc restera toujours un pays pénalisé et sera en retarddans sa politique d’intégrer une société de savoir. Le rapport entre le système d’éducation etde formation et les profils des cadres qu’il produit influence le système de recherche et les relations entre les entreprises et la recherche.

De plus, la concentration des institutions de formation sur les diplômes constitue une barrière à l’acquisition du savoir par l’étudiant et au savoir-faire créé par l’institution. Le processus degouvernance est nécessaire pour arrêter l’inefficacité, améliorer la diffusion du savoir et des informations, éliminer la corruption et encourager la liberté d’expression et l’égalité des sexes.

Ainsi, le Maroc a un besoin réel en R&D et il est nécessaire de lancer des partenariats
université-entreprise afin de permettre la transmission du savoir et des résultats des travaux scientifiques des instituts de recherche vers l’entreprise. Il importe donc d’orienter la recherche scientifique vers les besoins des entreprises. Des exemples existent déjà dans ce domaine: le Réseau de Diffusion Technologique (RDT)  associé à un système de veille technologique et les incubateurs.
______________________________
– COSEF- Commission Spéciale Education-Formation. Réforme du système d’Education et de Formation 1999-2004. Juin 2005
– 2COSEF. Charte Nationale d’Education et de Formation, 2000. http://www.cosef.ac.ma/demarrage/home.html
– RDT, Le réseau marocain de diffusion technologique. http://www.anvar.fr/download/RDTMarocPlaq.pdf



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *