Du marketing au cybermarketing

Le cybermarketing
Chapitre I : Du marketing au cybermarketing
Le marché est une optique nouvelle, non seulement de la discipline commerciale mais bien de la conduite même de l’entreprise.
Philipe Kotler, auteur de plusieurs ouvrages en marketing définit ce dernier comme une activité humaine orientée vers la satisfaction des besoins et des désirs grâce à des processus d’échange.
Quantà Eric Verntte, le marketing, c’est détecter les besoins des consommateurs pour réaliser le produit adéquat, ce qui facilite la vente. Pour lui aussi, c’est la conquête permanente d’un marché rentable, qui permet la commercialisation d’un produit ou d’un service conforme au attentes des consommateurs.
En effet, depuis 1910, la date vers laquelle l’utilisation du terme marketing s’est généralisée, celui-ci n’a cessé d’évoluer, notamment avec la révolution technologique et plus précisément médiatique et informatique sous leur différentes formes.
Les nouvelles technologies, entre autres, l’Internet, nous font entrer dans une ère nouvelle où le consommateur devient de plus en plus actif et impliqué dans sa relation avec le produit via des techniques avancées. Ce qui lui permet d’entrer dans une discussion distincte d’où la notion du cybermarketing.

Section I : Concepts et fondements du marketing :
Paragraphe 1 : Marketing classique :
Jadis, le terme « Marketing » était totalement inconnu dans les entreprises. L’idée de marketing, c’est à dire mieux vendre et satisfaire le client, ne s’est véritablement concrétisée que dans les années 1950. Pourtant, les services marketing sont loin de s’être généralisés. Pour réussir en entreprises aujourd’hui, le marketing organisé ou informel est indispensable.
Le marketing est le mécanisme économique et social par lequel individus et groupes satisfont leurs besoins et désirs au moyen de la création et de l’échange de produit et autre entités de valeur pour autrui. L’Internet éprouvé à l’égard du marketing se développe à mesure qu’un nombre croissant d’organisme à caractère commercial dans le secteur non lucratif ou en milieu international, prend conscience de la contribution qu’il apporte à une efficacité accrue sur le marché ( ).
C’est le cas de toutes les entreprises qu’elles soient ou non à but lucratif. Le concept fondamental du marketing, c’est que le consommateur doit être au centre de tout ce que résume la formule « Le client est roi ». Il est certes plus facile de mettre une idée marketing dans un slogan que de l’appliquer.
Cette volonté d’innovation et d’amélioration permanente découle d’une conviction profonde. Ce talent, qu’on pourrait appeler imagination commerciale, est un élément de marketing, aussi important qu’un bon produit, un service attentif. Ainsi être à l’écoute du client ne suffit pas pour faire du bon marketing, il faut la créativité et l’esprit d’innovation.
Il est clair que l’entreprise doit rester en contact étroite avec ses clients et réciproquement, mais c’est la qualité de ce rapport qui devrait être un axe primordial du marketing.
Mais les services médiocres, produits de mauvaises qualités, les magasins mal situés, les vendeurs mal embauchés, les prix trop élevés sont autant de sujets de mécontentement qui prouvent bien que la plus part des entreprises ne tiennent pas vraiment compte des consommateurs et qu’elles ont encore du progrès à faire pour accorder à la démarche marketing la place qui lui revient.
Pourquoi donc a t’on encore autant de mal à distinguer entre bon et mauvais marketing ?
Vu sous ces angles multiples, le marketing semble à la fois plus ardu et plus essentiel qu’on ne pense généralement. La démarche marketing semble plus difficile à saisir, et plus difficile encore à appliquer. En définitive, il faudra réexaminer le concept de marketing dans la stratégie d’entreprise. Le changement se fera non pas dans le concept en tant que tel mais dans les mentalités. Le marketing d’hier était transactionnel, celui d’aujourd’hui est devenu relationnel.
Cette mise en œuvre nécessite donc une nouvelle approche du marketing d’où la naissance du marketing direct encore appelé marketing one-to-one.

Paragraphe 2 : Marketing direct : Marketing one-to-one
Auparavant, une entreprise pouvait se contenter de fabriquer un produit, et de promouvoir commercialement et publicitairement. On appelait cela « Faire du marketing ». Aujourd’hui, les clients se voient proposer d’innombrables produits selon des modes de commercialisation et de tarification de plus en plus en fonction de la valeur qu’ils perçoivent dans l’offre
Donc, il ne suffit plus de satisfaire le client, il faut l’enthousiasmer, le motiver, l’amadouer. Pour y parvenir, il faut concevoir le marketing non comme une fonction séparée mais comme une philosophie d’entreprise, permettant d’identifier les besoins ressentis par le marché-cible et les satisfaire au-delà des attentes et des performances des concurrents.
Il faut attacher une importance extrême à la qualité et aux services offerts, être efficace tout en restant attentif et flexible ( ).
Le marketing a donc pour rôle majeur de détecter les besoins insatisfaits, bien avant que les produits ne soient imaginés. C’est à lui de transformer ces opportunités en axe de développement et de rentabilités de savoir gérer les produits, les prix, les systèmes de distribution et les modes de communication correspondants.
C’est à lui de suivre en permanence les réactions des clients et de veiller à ce que l’entreprise améliore sans cesse son offre et ses performances.
Le marketing direct propose une relation continue avec chaque client. Il ne s’agit plus de gagner une vente mais de créer une relation à long terme avec  un client. Le marketing est donc un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs média en vue d’obtenir une réponse et / ou une transaction. Ses principaux outils sont : la vente par catalogues, les mailing, le télémarketing, téléachat, le shopping électronique, les bornes d’achat. Le marketing direct offre beaucoup d’avantages au client. L’achat sur catalogue, est pratique et représente un gain de temps. Il permet sans quitter son fauteuil de découvrir les nouveau produits et de comparer les prix. Le marketing offre l’avantage de la sélectivité. Le message peut être personnalisé.
De par cette nouvelle approche du marketing il serait intéressant de sensibiliser les décideurs et les responsables du marketing à l’impact de la télématique moderne tant sur les marchés que sur les relations commerciales des organisations tout en préservant une bonne analyse stratégique qui doit précéder toute activité sur les autoroutes de l’information.
Le Web constitue donc un environnement extraordinaire pour toucher les clients de manière individualisée et interactive. Etant une discipline jeune le cybermarketing s’appuie sur le marketing classique et notamment sur le marketing direct.

Marketing Direct, Un niveau, Deux Niveau, Trois Niveau

Exemple de circuit de distribution à plusieurs niveaux

Exemple de circuit de distribution à plusieurs niveaux (*)
_____________________
– « Le cybermarketing appliquée à l’UFR de sciences économiques et de gestion », Khadiatou Alpha Sow et Fatim Fall, 2000/2001, Université Gaston Berger.
– « Le cybermarketing appliquée à l’UFR de services économiques et de gestion », Khadidiateur Alpha Sow et Fatim Fall, 2000/2001, Université Gaston Berger.
*- « Marketing Management » Kotler et Dubois, 6éme  édition.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *