Le secteur textile habillement face aux libre-échange

Le secteur textile habillement face aux libre- échange – Section II
Introduction
Le textile habillement marocain a promis de déployer d’énormes efforts afin de prendre le train de la globalisation. Investissement de modernisation, investissement dans la formation, investissement dans la création, plus grande productivité, plus grande réactivité, un maximum de services aux client (33)

La déclaration ministérielle de Doha du 14 novembre 2001 insiste sur la prise en compte du développement durable comme but ultime des négociations de libre échange (34) bTout en reconnaissant le rôle que le commerce joue dans le développement économique et la lutte contre la pauvreté, elle insiste sur la vulnérabilité des pays en développement.

1-L’étude des PME du secteur textile habillement :

Les PME sont un moteur important de la croissance économique, de la création d’emploi et de la stimulation des exportations. Cependant, elles sont les plus vulnérables à affronter les défis posés par la libéralisation croissante des échanges et par la globalisation en matières de besoins permanents et quotidiens d’informations pertinentes à leur marchés et de capacités à réagir rapidement et efficacement aux changements constants et rapides des conditions d’offre et de demande. Le secteur textile habillement (TH) est une illustration parfaite de cette situation, en particulier dans les pays émergents du pourtour méditerranéen. La demande en TH est internationale, les producteurs et les consommateurs sont dispersés à travers le monde. La distribution (chaînes spécialisées, grands magasins, ventes par correspondance) a supplanté l’industrie pour devenir le principal donneur d’ordre au sein de la filière TH. Les donneurs d’ordre internationaux peuvent changer de sous traitants facilement, passant rapidement d’un pays à l’autre lorsque nécessaire et stigmatisant la compétition entre producteurs. Les contrats de sous-traitance sont souvent de courte durée, seuls les meilleurs survivent.

Premièrement, parce que le secteur est composé d’une banche textile exportant très peu et ne couvrant que faiblement les besoins du marché local (plus de7% des exportations sont réalisées à partir d’intrants importés) et d’une branche habillement tournée vers l’export. Le textile est une industrie capitalistique alors que l’habillement est une activité de main d’œuvre.

La mise en place d’une unité de confection nécessite un investissement modeste, cas idéal pour une PME surtout dans un pays comme le Maroc, bien que la taille moyenne d’une entreprise du textile soit moins que la moitié de celle de l’habillement (70 pour le textile contre 156 pour habillement), l’investissement moyen dans le textile est presque le double de celui de l’habillement (1,5 millions de dirhams pour le textile contre 0,85 millions de dirhams pour l’habillement).

Deuxièmement, parce que les exportations sont surtout du ressort de la branche confection (61% du total du secteur) et de la bonneterie (31% du total du secteur) d’autant plus que 75% des importations européennes de TH consistent en de l’habillement, segment sur lequel se concentre la concurrence la plus rude.

Figure 1 : Investissements et effectifs moyens par entreprise dans le textile habillement.

investissements_effectifs_entreprise_textile_habillement

Source : Ministère de l’industrie, gouvernement marocain.
http://www.incinet.gov.ma/mciweb/ mci-infrast-stat-ind-w.jsp.2004.

Au Maroc, les entreprises du TH ont une taille moyenne inférieure à 124 personnes. Elles représentent pour le secteur industriel le quant du nombre total des entreprises, 40% des emplois et 37% des exportations. Au sein du TH, les PME

représentent 20% des entreprises et assurent 20% des investissements et le tiers de exportations.

Figure2 : Poids du secteur textile habillement l’industrie marocaine.

Poids du secteur textile habillement l'industrie marocaine

Figure3 :

Poids du secteur textile habillement l'industrie marocaine

Source : http://www.mcinet.gov.ma/mciweb/mci_infrast_sat_ind_w.jsp.Ministère de l’industrie (une entreprise est considérée PME si elle a un effectif inférieur a 200 personnes).

Une analyse plus fine du secteur montre que la branche confection, et dans une moindre mesure la branche bonneterie, sont les plus pertinentes dans la discussion développement durable /commerce/environnement.

Troisièmement, parce que la production en sous traitance est très importante et intervient pour environ 80% des exportations de la branche confection et 50% des exportations de la branche bonneterie.

Quatrièmement, au vu de l’importance de ces deux branches dans le secteur en termes d’emplois et de présence de PME. Par rapport à la bonneterie, la branche confection est plus importante aussi bien par la taille (158 contre 72 personnes par entreprise) que par le nombre d’entreprises (1000 contre 190 établissements). Ces différences se reflètent sur la productivité du travail puisque la branche bonneterie est presque deux fois plus productive que la branche confection.

Dans ce contexte, l’un des avantages comparatifs du TH marocain demeure dans sa proximité avec l’Europe et donc dans sa capacité à répondre rapidement aux commandes de réassortissement. Mais la mondialisation du secteur prend une dimension nouvelle avec les technologies de l’information et le commerce électronique.

Figure 4 : taille, nombre d’entreprises et productivité dans les branche confection et bonneterie.

taille, nombre d'entreprises et productivité dans les branche confection et bonneterie

Source : Ministère de l’industrie, gouvernement marocain, http://www.mcinet.gov.ma/mciweb/mciweb/mci_infrast_stat_ind_w.jsp,2004.

Figure5 : Degré d’utilisation des technologies de l’information parmi les PME du secteur textile habillement.

Degré d'utilisation des technologies de l'information parmi les PME du secteur textile habillement

Source : Mediterranean environnemental technical assistance program, MedPoliciers initiative, « étude sur le commerce, l’environnement et la compétitivité des PME dans les industries du textile et de la confection en Afrique du Nord cas de la pollution des eaux au Maroc », Rapport final, février 2004/pp26-36.

Mais, la fabrication n’est qu’une étape dans la chaîne qui commence à la conception et aboutit à la vente : si l’usine fabrique des produits, les consommateurs achètent des marques à tel point que les dépenses de conception, de marketing et de distribution activités de services font que, selon la qualité de

l’article, son prix sortie usine35 cet égard, un autre défi se pose aux entreprises marocaines de TH concernant le respect de l’environnement et l’importance qu’accordent les européens à ce critère dans leurs choix de consommation. Les considérations de protection de l’environnement sont devenues tout aussi importantes que les notions de prix et de niveau de production dans la compétitivité des entreprises.

Alors que la quasi-totalité des exportations marocaines de TH (95%) vont vers l’UE, la Chine est souvent citée comme principal défi aux exportateurs marocain. C’est vrai, mais elle représente les mêmes défis aux autres concurrents directs du Maroc (Turquie, Tunisie). C’est par rapport à eux que le marché marocain se positionne. La Turquie surpasse de trois fois le Maroc et la Tunisie en termes de part de marchés européens alors que les coûts de main d’œuvre y sont 1,5 à 2 fois plus importants. Bien qu’il ne soit pas possible d’établir un lien direct de cause à effet entre performances à l’export et certification ISO 14000, il est intéressant de noter que le pourcentage d’entreprises certifiés ISO 14000 est 6 fois plus important en Turquie qu’au Maroc et en Tunisie.

Ainsi, des opportunités existent pour les entreprises qui adoptent une attitude dynamique et intègrent des considérations environnementales dans leur stratégie commerciale.

Figure 6 : Répartition de la production de TH dans le pourtour méditerranéen.

Répartition de la production de TH dans le pourtour méditerranéen

Source : European union, textiles and clothing home page,
http://europa.eu.int/comm/entreprise/textile /intex.htm.2004

Figure 7 : Comparaison entre coût de la main d’œuvre, certifications ISO 14000 et parts dans le marché européen pour le Maroc, la Tunisie et la Turquie.

Comparaison entre coût de la main d'œuvre, certifications ISO 14000 et parts dans le marché européen pour le Maroc, la Tunisie  et la Turquie

Malgré leur dynamisme et leur rôle clé dans l’économie, les PME restent donc vulnérables. Elles n’ont pas toujours accès aux informations les plus pertinentes, souffrent de difficultés d’accès aux sources de financement et ne disposent que d’un pouvoir de négociation réduit vis-à-vis de leurs fournisseurs.

2- Elément de la libéralisation pertinents pour le TH marocain

3- opportunités et défis posés au secteur textile habillement par la libéralisation

Conclusion
Il est important d’analyser avec plus d’attention et de mettre en évidence non seulement les opportunités et les défis que présentent les accords de libre échange entre le Maroc et les Etats-Unis d’une part et le Maroc et l’Egypte, la Jordanie et Tunisie d’autre part mais aussi les synergies qui existent entre ces deux accords et l’accord d’association entre le Maroc et l’Union Européenne.

Par ailleurs, le souci relevé dans l’étude d’une meilleure intégration du secteur met en évidence la nécessité d’affiner l’analyse des effets économiques, sociaux et environnementaux du libre échange pour toutes les filières du textile et de l’habillement. Le président de l’Amith indiquant que le Maroc joue au quitte au double dans la situation actuelle36

L’industrie du textile habillement est très importante au Maroc puisqu’elle représente 1/3 des exports, 3% du PIB et plus de 40% des emplois du secteur industriel soit 25000 personnes dans secteur industriel et 70000 au total37
Ce secteur industriel est caractérisé par la pression que subissent les entreprises entre l’exigence des donneurs d’ordre les prix.
CHAPITRE III : Compétitivité et productivité des secteurs clés face aux défis de libre – échange
La compétitivité des entreprises marocaines face aux défis de libre-échange
______________________________
33Le magazine du textile et de l’habillement (MT ), première trimestre 2005
34 Organisation mondiale du commerce. http://www.wto.og/english/thewto-e/minist-e/min01-e/mindecl-e.htm.
35 Ministère de l’économie,des finances et de l’industrie, direction des relations économiques extérieures france) « Les enjeux du secteur TH en méditerranée » , janvier 2002.
36 Mezouar, Salaheddine (Président de l’Amith), opcit
37 Mohammed TAZI, l’AMITH .



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *