La qualité comme enjeux de la compétitivité: technologiques, humains et environnementaux

L’entreprise fabrique des produits de qualité pour essayer de répondre aux exigences du client (fiabilité, sécurité d’emploi, respect de l’environnement, rapidité de livraison) 10. […]

La compétitivité des entreprises marocaines face aux défis de libre-échange
CHAPITRE I : Définition de la compétitivité : facteurs et enjeux
1- SECTION II  : La qualité comme enjeux de la compétitivité
[…] , rapidité de livraison) 10.
Paragraphe 1 : Les enjeux technologiques
La qualité suppose l’analyse des besoins des clients qui sont toujours en extension et à l’origine des progrès technologiques des entreprises.

1- Définition de la technologie
La technologie peut être généralement définie comme « une procédé ou un ensemble de procédés permettent après une démarche explicite ou implicite de recherche ou d’amélioration des techniques de base d’application de connaissances scientifique, d’envisager une production industrielle » et en réalité, les technologies sont des applications industrielles de la recherche scientifique, elles apparaissent comme les différentes techniques qui n’ont pas besoin de la science pour exister ou progresser et restent cantonnées à l’entreprise qui les utilise.11

2- Les principales catégories de la technologie
Les technologies peuvent être classées en quatre principales catégories12 :

a-   Les technologies embryonnaires
Ces technologies peuvent offrir une positon concurrentielle déjà très forte. Elles placent, toutefois les entreprises qui les développent dans une situation difficile du fait des risques moyens induis par la valorisation d’une nouvelle technologie.

b- Les technologies émergentes
Les technologies émergentes interviennent de façon marginale dans la mise en œuvre de l’activité, mais elles présentent un risque important car leur fiabilité, leur opérationnalité et leur dépassage de l’expérimentation à la production industrielle sont encore mal connus.

c- Les technologies clés
Elles déterminent la position concurrentielle tout au niveau des produits que des procédés. La maîtrise de ces technologies correspond à l’une des compétences distinctives nécessaires pour réussir dans une activité particulière.

d- Les technologies de base
Ces technologies sont une condition nécessaire pour être présent et se maintenir dans un certain domaine d’activité considéré.
Il est à noter que ce ne sont pas les caractéristiques propres d’une technologie qui permettent de la ranger dans l’une ou l’autre des catégories, mais que c’est le rôle qu’elle peut jouer dans la concurrence.13

Paragraphe  2 : les enjeux sociaux
La qualité concourt également à permettre à l’entreprise de répondre aux attentes légitimes de la société moderne en matière de maîtrise des risques industriels et le respect de l’environnement.
La sécurité industrielle,  l’hygiène et l’environnement constituent les composantes  essentielles de la qualité qui visent également à éliminer les déchets, les pollutions ou les accidents et à éviter le gaspillage d’énergie et de matières premières.

Paragraphe 3 : Les enjeux économiques
La maîtrise de la qualité implique une augmentation des bénéfices de l’entreprise par la baisse des prix. La non qualité constitue un handicap à la qualité des entreprises qui invertissent dans la qualité.
On peut citer aussi que l’entreprise en améliorant la qualité de ses produits, est sure de gagner des parts de marché du fait de la satisfaction des ses clients, et confronter sa position sur le marché.

Paragraphe 4 : Les enjeux humains et organisationnels
L’entreprise organisée autour d’une direction qui réfléchit et ouvriers qui ne font qu’exécuter se prive d’atouts précieux.
La qualité suppose l’implication de tout le personnel et la prise en charge de la responsabilité individuelle, ce qui supprime les conflits internes et concrétise la conscience professionnelle.

Paragraphe 5 : Les enjeux environnementaux
Certes  l’analyse des changements de l’environnement devient comme l’une des conditions nécessaires pour avoir un avantage concurrentiel.

1- Définition
L’environnement est composé de tous les éléments susceptibles d’influencer la décision de l’entreprise ou de l’organisation 14

2- Les variables de l’environnement
L’analyse de l’environnement est nécessaire, c’est la base de toute vision stratégique dans le sens ou l’environnement détermine les conditions de formulation et d’application d’une stratégie.
2-1- Le macro – environnement
Il est constitué des différentes caractéristique de la société dans la quelle opère une entreprise et qui ont une influence sur sa stratégie (variables culturelles, morales et religieuses,…)

2-2- Méso – environnement
Il est composé de trois éléments :
a-  Substituts
Il contient les produits directement ou indirectement substituables à ceux qui sont fabriqués par l’entreprise ou ses concurrents.
-substituts directs : sont les produits qui satisfont le même besoin mais avec des techniques différentes.
-substituts indirects : sont les produits qui modifient la hiérarchie des besoins parce que le prix  relatif de certains bien ou services baisse, ou son pouvoir d’achat se modifie, ou en fin et surtout les normes de consommation se modifient.

b-  Filière de production
C’est l’ensemble des biens nécessaires à la fabrication des produits que vend l’entreprise, en remontant jusqu’aux matière première.
c- L’environnement local
Il concerne la localisation géographique c’est-à-dire que l’entreprise cherche un milieu local qui lui fournit des fournisseurs, des travailleurs et des clients.

Section III : Compétitivité et avantage comparatif 15

La compétitivité est souvent définie en termes de capacité à faire des bénéfices et à se maintenir sur le marché.
Parfois cependant, dans certains pays ou certaines région un produit peut bien se vendre car les subventions de l’Etat (par ex. les intrants à la production) en réduisant les cours ou les contrôles a l’importation (quotas) ou les taxes douanières augmentent les prix des produits importés ou réduisent la concurrence extérieure.

Conclusion de chapitre:

La décennie avenir, la (PME) sera confrontée a un véritable défi, c’est pour cela qu’elle n’aura pour le choix que suivre et s’adapter aux changements de l’environnement international. Pourtant l’ouverture à la concurrence étrangère serait plus bénéfique car elle permettra l’amélioration de la compétitivité intrinsèque de nos PME.

La compétitivité est une solution que les (PME) marocaine ne doivent pas négliger pour sauvegarder les acquis et accroître leur position concurrentielle.

Toutefois, il ne suffit pas d’adhérés à l’OMC ni d’accueillir la signature de l’acte final du dernier round pour rendre l’économie nationale compétitive, notre pays doit donc prendre conscience de la nécessité d’amélioration l’efficience de son économie par la définition d’une stratégie en vue d’améliorer la qualité des produits exportés, diversifier la production tant industrielle qu’agricoles afin que le Maroc s’impose sur le monde mondial. De ce fait, pour contribuer a l’essor de l’économie marocaine, les PME doivent réunir leurs efforts et leurs moyens dans le cadre d’une nouvelle mission de l’avenir, en traçant de nouvelles perspectives pour faire face aux difficultés qui les entravent.
____________________________
10E.COLLIGNON M. WISSLER , qualité et compétitivité des entreprises, édition économica, 1984, p :18
11 J. LACHMAN  financement des stratégies de l’innovation, économica, 1993, p : 64.
12 OP. CIT , p :43
13 OP. CIT, p : 43
14 Ali basta, Khadija belmouss et souad Ailli, cours d’initiation au management général, 2003-2004, p : 20.
15 Rédigée pour l’I.C.R.A (www.ICRA.CDU.org) par Richard HAWKINS.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *