Section 2 : les difficultés de la pratique de la RSE dans les entreprises Marocaines.
Une entreprise ayant une politique de la RSE tient compte non seulement de sarentabilité mais aussi de l’ensemble de ses partenaires économiques et sociaux de ce fait être socialement responsable signifie non seulement satisfaire pleinement aux obligations juridique applicables, mais aussi aller au delà et investir dans le capital humain et l’environnement .
Parmi les partenaires qui constituent l’axes forts de l’existence même de l’entreprise il y a les salariés , les fournisseurs et les actionnaires qui est intérieur dans l’entreprise ( sous section 1) , puis les clients , ONG et riverains et générations futures qui sont placer a l’extérieur de l’entreprise ( sous section 2).
Les parties tant intérieures qu’extérieurs ne trouvent pas de véritables applications de la RSE dans les entreprises marocaines.

Sous section 1 : les difficultés internes.
Paragraphe 1 : vis-à-vis des salariés.
Les collaborateurs de l’entreprise sont sa première source de richesse, ils garantissent non seulement la production d’un service, mais également, placés dans des conditions favorables. La RSE au cœur de l’entreprise c’est être attentifs aux personnes , développer les compétence de chacun améliore les conditions de travail ( et la sécurité, favoriser le dialogue social .Et la modernité des rapport sociaux se fonde sur un réel échange , quotidien entre les collaborateurs , et régulier avec les représentants du personnel et les syndicats , au niveau de l’établissement , de la filiale et du groupe , mais est ce qu’il est simple d’appliquée cette règle dans les entreprises marocaines ?
Dire que les managers se montrent disponibles, suscitent l’avis de chaque collaborateur, l’écoutent …relève du Bon sens ! Mais il est plus difficile de le faire au quotidien.
Il faut encouragés à développer le dialogue , l’autonomie et la responsabilisation qui sont considérés comme des facteurs de développement personnel pour les collaborateurs , les ouvriers les agents de maîtrise ou les managers et de performance collective . La consécration de la RSE ne se limite pas aux salariés mais aussi aux fournisseurs.
Paragraphe 2 : vis-à-vis des fournisseurs.
La RSE comme notion s’étend à l’environnement économique et social de l’entreprise ses fournisseurs producteurs de matière première sont indépendants et entretiennent avec lui des rapports réguliers et structurés. Il s’agit d’établir un nouveau type de contrat avec ses fournisseurs en établissant des relations à long terme. L’idée n’est plus d’obtenir le meilleur prix, en écrasant les marges de ses fournisseurs et en changeant régulièrement, mais de bénéficier de produit ou de services de qualité constante, dans un bénéfice mutuel pour les deux parties. une entreprises engagée dans une politique socialement responsable sélectionnera ses fournisseurs selon des critères sociaux et environnementaux. Mais qu’en est-il des propres sous traitants de ces fournisseurs ? Comment aller vérifier leurs méthodes de travail puisqu’ils restent apriori, inconnus de l’entreprise cliente ? La sous traitante et ses multiples niveaux est au cœur de la RSE . Mais qu’il est place des actionnaires dans la RSE ?
Paragraphe 3 : vis-à-vis des actionnaires.
La voix des actionnaires ne cesse de s’affirmer, celle des investisseurs institutionnels comme des petits porteurs détenteurs d’une partie du capital de l’entreprise, ces actionnaires qu’il que soit leurs poids, exercent de plus en plus leurs droit de regard sur la politique menée par l’entreprise y compris dans ses aspects sociaux et environnementaux, ils utilisent pour cela entre autres, les assemblées générales.
En plus de ces difficultés interne , il y a d’autres qui sont placées au niveau extérieur de l’entreprise.
Sous section 2 : les difficultés externes.
Paragraphe 1 : vis-à-vis des clients.
Prendre en compte les attentes des clients par un éventail de mesures visant à améliorer le service au consommateur via les procédures qualité social qu’est liée au processus de production d’un produit ou d’un service , c’est une prise en considération des conditions sociales des personnes qu’ont contribuée à la production de ce produit , la qualité sociale se différencie de la qualité technique par le fait qu’elle n’est pas détectable sur le produit final , on ne peut pas la mesurer par une analyse du produit , la gestion de la qualité sociale par une entreprise l’oblige à déterminer les paramètres sociaux qu’elle doit surveiller et décryptage des filières économiques de production en amont de l’entreprise .
C’est pour cela qu’elle doit mettre en place un système de management spécifique pour la qualité sociale » .
C’est-à-dire une organisation et des processus spécifiques pour suivre ses paramètres .mettre aussi des numéros verts et les services d’information client, les enquêtes de satisfaction.
Et répondre aussi à de nouvelle attentes sur les qualités sociales et environnementales des produits de ce fait les entreprises ont un intérêt moral et pratique à être civiques , faire une démarche qualité qu’est basé sur trois axes :
• améliorer la qualité de service et de la relation client.
• améliorer en permanence le bien-être et la qualité de l’environnement de travail des employés.
• Favoriser la promotion de la femme .
La RSE au niveau extrême de l’entreprise ne se limite pas à la partie client mais détient aussi des riverains et générations futures.
Paragraphe 2 : vis-à-vis des riverains et générations futures.
A- Les riverains
Il s’agit de tous ceux qui vivent autour des unîtes de production et peuvent directement ou indirectement .bénéficier ou subir les impacts de cette activité économique comme l’environnement qu’il fait le respecter par la limite de l’impact des emballages l’impact des emballages sur l’environnement peut être limite de deux façons :
-Par la récupération et la valorisation des matériaux, cette dernière passe par la voie énergétique ou par l’intermédiaire du recyclage.
-par la réduction a la source des emballages c’est-à-dire la réduction du poids des matériaux par unité de produit
La vie et la développement des collectives locales dépendent toujours largement des retombées économiques générées par les entreprises en termes d’emploi .mais aussi de taxes professionnelles de vie des associations de maintien des services publics et des commerces.
Dans les pays en développement la contribution de l’entreprise relève parfais de nations de services public ( santé, équipement….) mais dans les pays en voie de développement comme le notre ce principe souffre de plusieurs obstacles qui sont lier au nombre des sociétés qui est très limité .
Très limites au niveau financier et au niveau matériel ainsi que ce lui de l’état qu’est le véritable responsable de cette négligence des riverains particulièrement est de l’application de la RSE en général et qui se manifeste par l’absence de la présentation aux petites entreprises de l’aide financier ainsi que le coup très élevé des impôts sur les société (I.S)
B- Les génération futures.
Le développement durable doit tenir compte des générations à venir qui n’ont par définition pas de porte parole.
De façon plus concrète il consiste aussi à réintroduire dans une économie et une société occidentale au rythme du court terme , les notion de moyen et long terme mais quel type de rapport existe-t-il entre les ONG et RSE ?
Paragraphe 3 : vis-à-vis des ONG
Certains organismes non gouvernementaux réglementent des information sur les méthodes de gestion des entreprises et en dénoncent, si nécessaire les irrespects. Leur mission consiste aussi à élaborer et publier des chartes. Voire a mener des audits sollicités par les entreprises elles mêmes ou à mettre en place différentes formes .de partenariats avec elles.
De façon générale, en entend par ONG toute organisation d’intérêt public qui ne relève ni de l’état ni d’une institution internationale parce que toute entreprise a besoin de s’inscrire harmonieusement dans son environnement a fin de contribuer au développement local en mettant leurs compétences au service des ONG et des association qui ont des considérations humanitaires.
Cette définition ne regroupe pas un ensemble homogène au contraire une grande diversité docteurs pour développer une typologie approfondie des ONG et des engagements culturels réaliser en partenaire d’association marocaines impliquées dans la sauve garde du patrimoine culturel et dans l’organisation des colloques scientifiques et culturels. Ainsi que la promotion de manifestations culturelles d’envergure telles que celles menées par la BMCE-Bank dans les divers festivals réalisés par cette dernières par exemple le festival des musiques sacrées de Fès, d’Essaouira et d’Asilah, ainsi que l’organisation de nombreuses conférences et de forums internationaux contribuant a faire connaître aux investisseurs étrangers et a l’opinion publique nationale et internationale les potentialités de l’économie marocaine , ainsi que la multiplication des associations ayants pour objet : La solidarité, sociale, la défense de l’environnement, le droit des consommateurs l’hygiène, la santé…..etc. .

source: Les démarches volontaires et les difficultés de pratiques de la RSE