L'environnement dans l’accord d’association Maroc-Union Européenne

La dimension environnementale dans l’accord d’association Maroc-UE

INTRODUCTION:
La science économique semble «redécouvrir»   l’idée, trop longtemps ignorée, selon laquelle l’économie possède une dimension physique. En effet, l’activité économique transforme des matériaux   d’origine naturelle et est réceptacle des déchets qu’elle engendre. D’où la problématique de l’environnement.
L’environnement est en train de se positionner au centre du système économique, devenant à la fois un marché (traitement des déchets, écoproduits etc.) et un formidable facteur de compétitivité, de croissance et d’aménagement du territoire, ainsi qu un instrument substil de régulation des relations internationales.
L’économie de l’environnement émergea, en tant que discipline nouvelle, au début des années soixante. Depuis, cette discipline s’est amplement développée et ramifiée .
Globalement, cette discipline vise à montrer que l’économie et l’environnement  ne sont pas antinomiques et que la théorie économique est à même de rendre compte des problèmes d’environnement.
Dans ce cadre, l’appréhension des rapports entre le commerce et l’environnement occupe une place grandissante dans l’économie de l’environnement et dans les débats de société et les négociations internationales. Ces rapports comprennent quelques aspects tels que : l’impact des politiques commerciales sur l’environnement  de la libéralisation du commerce extérieur.
Dés l’avènement des politiques de l’environnement, au début des années soixante dix, quelques inquiétudes avaient été émises à propos d’éventuels effets négatifs des politiques  environnementales des pays développés sur les pays en développement. Plus précisément, l’on craignait l’érection des barrières non tarifaires des PED et l’implantation d’industries polluantes dans ces pays. Les exportations des PED se voient imposer des exigences environnementales, de plus en plus strictes (emballages biodégradables, système de consignation, etc.) qui réduisent leur compétitivité, et par la même, leur accès aux marchés dans les pays développés.
Ces aspects, et bien d’autres, peuvent être examinés dans le cadre de l’accord d’association MAROC-UE. En effet ,dans l’accord d’association MAROC-UE qui a été signé dans le contexte du partenariat « Euro-Mideterranéen » les effets sur l’environnement n’ont pas encore été analysés systématiquement, de même dans les négociations euro-mideterranéenes, la question environnementale, n’est abordée que de manière subsidiaire.
L’objet de ce travail est d’examiner les interactions entre l’environnement et le commerce international, et de situer la place de l’environnement dans l’accord d’association MAROC-UE. Le présent travail tentera en particulier de formuler quelques réponses aux questions ci-dessous.
-Quel est l’impact des politiques de l’environnement des pays développés sur le commerce extérieur d’un pays comme le Maroc ?
-Quels sont les effets prévisibles de la libéralisation du commerce sur l’environnement ?
-Quelles sont les principales causes de la dégradation de l’environnement ?
L’intérêt de la problématique réside surtout dans son actualité et son originalité.
Ce travail est structuré de la façon suivante :
La première partie s’intéresse au commerce extérieur des PED au risque des politiques environnementales des pays développés. Dans un premier chapitre, nous commençerons par étudier les politiques environnementales, tout en présentant les politiques de réglementation menées ainsi que les instruments économiques. Dans un second chapitre nous essayerons  d’analyser les entraves environnementales auxquelles se heurtent les exportations marocaines.
Dans la deuxième partie, nous examinerons les enjeux commerciaux de l’environnement. Un premier chapitre sera consacré à identifier les causes de la dégradation de l’environnement, et un second chapitre analysera le libre-échange et l’environnement dans le contexte euro-marocain.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *