Les raisons de l'émergence des services de consultants internes

Rôles et missions des cours régionales des comptes
Deuxième partie : Le rôle de l’évaluation et du contrôle des comptes dans la bonne gouvernane..
Chapitre III: Les Insuffisances de la Comptabilité Publique
Section III: Les raisons de l’émergence des services de consultants internes dans l’administration.

Pour tous les organismes qu’ils soient publics ou privés. Toffler l’a remarqué, l’ère de la gestion axée sur “le commandement et le contrôle” et la hiérarchie rigide des administrations classiques est révolue. Plus précisément les missions traditionnelles dévolues aux groupes de vérification et d’inspection changent aussi du fait que l’allégement ou la réduction des contrôles centralisés et détaillés fait partie de la réforme .
Ainsi en dépit de ses avantages techniques c’est surtout l’audit opéré par les cabinets privés qui a fait l’objet d’une série de critiques de la part de l’administration, surtout en France. Ces critiques résident dans les éléments suivants :
A- Les données socio-culturelles des organisations administratives: la nature des problèmes rencontrés au sein des organisations publiques nécessite l’intervention des consultants généralistes internes qui connaissent l’organisation, son histoire, le développement de ses services etc…
B- Les caractéristiques de l’approche privée d’audit et de conseil: si les cabinets privés d’audit (audit spécialisé) sont considérés comme des inspirateurs d’idée et les pilotes d’évolution dans les entreprises privées, les organismes publics les considères comme des consultants  inadaptés à la spécificité de la gestion publique, étant donné la nature de leur approche d’évaluation qui demeure marquée par une culture de l’entreprise privée, car la spécificité des problèmes rencontrés dans l’organisation publique requiert des regards différents, des approches pluridimensionnelles et multiréférentielles.
C- Le projet de changement: l’intervention de l’expert peut être souvent réduite à une mission particulière qui s’appuie sur un référentiel technique, celle du consultant interne se caractérise par une approche pluridisciplinaire et  multiréférentielle et si le premier a pour fonction essentielle, d’aider au traitement d’un problème relativement ciblé et à l’amélioration de situation, on attend du second une approche organisationnelle globale, afin de s’engager dans un processus nouveau à savoir le changement.

Conclusion  :

A L’instar de la mise à niveau, de la flexibilité et le management public. L’audit appartient à un univers conceptuel en quête d’ancrage au Maroc et dans la littérature spécialisée se fait l’écho.
Il constitue un champ d’investigation relativement vierge, les écrits qui tentent d’en exploite, quelques aspects sont peu nombreux.
*Traditionnellement limité à l’entreprise privée l’audit fait timidement son entrée dans le secteur public, se sont d’abord les entreprises publiques qu’ont fait appel à l’audit sous l’impulsion des bailleurs de fonds étrangers puis certaines d’entre elles au moment  de leurs privatisation, la plus haute autorité du Maroc a même demandé en 1989 au gouvernement de procède à un audit systématique des entreprises publiques .
*Si dans les pays développés ( USA, Canada, France), Les collectivités locales constituent un vaste champ d’intervention pour les missions d’audit, au Maroc il s’agit d’un fait récent qui s’inscrit résolument dans le courant de la modernisation de l’administration dans son ensemble.

 

Conclusion  Générale :
La Conception des cours régionales des comptes , non pas uniquement comme des cours devant rendre des arrêts et condamner à des débets ou à amendes , mais aussi et surtout comme des instances pouvant être sollicitées pour donner des avis sur les conditions d’exécution des budgets des collectivités locales et de leurs groupements, cet aspect conseil et suivi de l’exécution des Budgets permettra certainement à ces nouvelles juridictions financières d’éclairer ces collectivités , ainsi que les autorités de tutelle qui solliciteront ces avis sur les moyens qui devront être mobilisées pour améliorer d’avantage la gestion des entités décentralisés
La situation actuelle est caractérisée par une multitude d’initiatives prises simultanément ici et là pour adapter ou actualiser les lois et les règlements en vigueur dans le but de les adapter aux exigence de la rentabilité des actions publiques, de la rationalisation des dépenses publiques et d’une manières générale, aux efforts déployés pour la lutte contre toutes les entraves qui empêchent  encore l’Administration d’atteindre les degrés d’efficacité et de performance souhaités. Tout cela rappelle la situation en 1960 où le même jour, le 14 avril ont été adoptés trois textes de lois importants il s’agit des lois qui régissent l’inspection Générale des Finances, le contrôle financier et la commission nationale des comptes qui a précédé la cour des comptes, créée par la loi 12.79 de 1979 . C’est dire que les préoccupations d’aujourd’hui quant à la conception d’une vision globale du contrôle traduisent un nouveau sursaut national en la matière.

Le rapport général d’activités de la cour est désormais publié au bulletin Officiel, ce qui permet de tenir informée.
L’opinion publique sera en définitive informée sur les conditions de gestion des deniers publics et sur le degré de participation de tous les intervenants y compris les corps d’inspection et de contrôle interne, à la réalisation de cette œuvre commune appelée contrôle de l’exécution des finances publiques.

________________________________
– Cf note étude:” Le concept d’audit et ses  applications à l’espace de l’organisation hospitalière”.
Remad, n°2, 1993.
– Ibidem.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *