L’audit bancaire : Audit interne bancaire

Spread the love

L’audit bancaire : Audit interne bancaire
Introduction générale :
La banque exerce dans un environnement en perpétuel changement. Sa survie est conditionnée par la capacité des responsables banquiers à s’adapter à ces évolutions.

Le développement et la complexité croissante des opérations bancaires ont saturé en général les services chargés du contrôle.
Certes dans cet environnement, il devient vital d’audité la banque. Vu la complexité et la largesse du thème audit bancaire, on a essayé de délimiter notre sujet à l’audit interne bancaire.

L’audit bancaire constitue une étape importante pour toutes les banques qui cherche une meilleure optimisation de sa gestion globale. Il s’agit là d’une analyse des coûts en amont et la recherche des résultats en aval tout en permettant de:
*** générer une analyse quasi complète des moyens employés par la banque ;
*** entraîner une formulation des volontés et objectifs ;
*** obliger à une synthèse et à une projection dans le futur.

C’est le rôle, donc, des responsables de se doter des moyens permettant d’en détecter les écarts et les erreurs et d’en apprécier les projections dans l’avenir. Si dans les pays développés l’utilisation des techniques d’audit interne bancaire a pu réaliser des progrès appréciables, pour le cas des pays en voie de développement est beaucoup plus loin et nécessite encore plus d’efforts à déployer dans le domaine.

D’origine ancienne, l’audit bancaire a connu ces dernières années une évolution remarquable. Elle ne s’est pas limitée aux objectifs assignés à l’audit mais, elle a touchait également à son domaine d’application et à ses objets.

Ainsi, l’audit bancaire se place comme un outil stratégique du management des organisations qu’elles soient petites ou grandes, publiques ou privées. C’est un concept composite et complexe. Il est entouré de beaucoup de confusion, parce qu’on entend souvent par l’audit le contrôle financier, alors que celui-ci peut s’étendre à plusieurs domaines et spécialités plus larges que ceux du contrôle financier tel que l’audit de fonctionnement, l’audit stratégique, l’audit organisationnel, etc…
Actuellement il s’est construit autour de l’audit bancaire une image de modernité et d’efficacité qui provient de quatre facteurs essentiels : la richesse, le dynamisme du concept, le caractère pluridisciplinaire de ses approches, de la rigueur de sa méthode et enfin le caractère critique de son analyse.

Étymologiquement, l’audit provient du verbe latin au dire qui signifie écouter. La science de l’audit qui est le produit de toute une évolution économique et sociale n’a pas cessé depuis le début du siècle en passant par la deuxième guerre mondiale et surtout depuis les années 80 de connaître un renversement considérable dans l’objet et les perspectives de ces interventions. On peut définir aujourd’hui l’audit bancaire par toute évolution indépendante des diverses opérations et du contrôle interne de la banque pour déterminer si des politiques et des procédures sont suivies et maîtriser, si les ressources sont utilisées de façon efficace et économique, et si les objectifs de l’organisation sont atteints.

Plus précisément, l’audit bancaire consiste à autoriser l’examen d’information par une tierce personne, autres que celle qui les prépare et les utilise, avec l’intention d’établir leur véracité, et de faire un rapport sur le résultat de cet examen avec le désir d’augmenter l’utilité de l’information pour l’utilisateur.

Audit interne bancaireEn matière de contrôle des établissements bancaires, la démarche générale de l’audit reste la même. En outre les diligences normales en matière d’audit interne sont aussi applicables aux établissements de crédit. Toutefois il faut souligner les caractéristiques suivantes : les actifs sont dans leur majeure partie liquide ou mobilisable et risqué, ses actifs ne sont pas gérés selon les mécanismes du marché. Les techniques de régulation des autorités monétaires ont une grande influence sur les liquidités des banques. Les banques sont soumises aux règles prudentielles pour préserver leur solvabilité et le volume des opérations bancaires est considérable.

L’auditeur doit tout connaître sur la réglementation bancaire, car son objectif, outre la recherche de la sincérité et de l’image fidèle de l’établissement, il doit étudier le degré de respect des banques de cette réglementation.
La problématique à laquelle nous tenterons de répondre tout au long de ce travail peut être formulée comme suit : « quel audit interne pour les banques » ? C’est-à-dire à quel niveau les responsables des banques sont-ils conscients de la nécessité d’opter pour une pratique de l’audit ? Cette prise de conscience se manifeste-t-elle concrètement par la mise en place de moyens permettant d’avoir une meilleure rentabilité ? Quelles sont les contraintes et les perspectives d’application de l’audit au sein des banques ? Répondre à ces questions revient à s’interroger sur l’audit et sa contribution au développement de la banque.

L’idée centrale consiste à démontrer que la pratique de l’audit s’impose aujourd’hui plus que jamais comme une nécessité impérieuse. Notre objectif consistera, donc, à clarifier les modalités et les spécificités de l’audit bancaire et à montrer l’efficacité et l’utilité de sa mise en œuvre.

Dans ce cas, notre plan va s’articuler autour de deux parties : la première partie est intitulée « pourquoi un audit bancaire ? ». Cette partie s’articule en deux chapitres, le premier porte sur le secteur bancaire et le second s’interroge sur la nécessité d’un audit bancaire. Quant à la deuxième partie : elle s’intitule « quelle pratique de l’audit interne bancaire ? » elle s’articule en deux chapitres, le premier définira les normes de l’audit interne bancaires et le second traitera les types de l’audit interne.

« Le seul savoir-faire ne suffit pas,
s’il n’est pas accompagné d’un
faire-savoir
»
Vernimmen P.

Les parties de mémoire: L’audit bancaire



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *